logo
 

Sébikotane
Une pollution cancérigène distillée par une entreprise de recyclage de batteries usagées de véhicule

10/12/2016

Le Comité de Défense des Intérêts de Sébikotane (C.D.I.S.) en coordination avec les localités de Dougar et de Yam, ont initié une pétition pour la délocalisation d’une entreprise dénommée GRAVITA, gérée par 05 indiens qui « prennent en otage nos vies sans que l’Etat ne s’attelle à cette urgence nationale » lit-on dans le communiqué.
« Ce plomb par l’effet du saturnisme tue sans pitié. Nous attirons l’attention de tous nos chers compatriotes ; car l’entreprise se trouve à la confluence des eaux de ruissellement hivernales qui se jettent au Bassin de rétention de Dougar et au Marigot de Panthiour à Yenne et le trop plein de ces eaux se jettent à la mer ce qui affecte la chaîne alimentaire ».
« Le plus affreux lit-on plus loin, c’est que c’est la nappe phréatique du Sénégal qui est affectée, car Sébikotane et Pout s’accaparent 4/5ème de cette nappe phréatique. »
L’usine se trouve à moins de 500 m du plus grand hôpital pour enfants du Sénégal, à moins de 200 m de logements sociaux, moins de 300 m d’un orphelinat et à deux pas de l’autoroute à péage AIBD, « donc inopportun pour les touristes d’emprunter cette voie en inhalant le plomb par émanation suspendu » dans l’atmosphère.
Selon le comité, laisser prospérer cette entreprise dans la passivité, c’est accepter avec fatalisme un génocide massif. « Cette entreprise de recyclage de batteries usagées de véhicules pour obtenir le plomb est mortelle par sa pollution cancérigène. En ce moment Sébikotane, Dougar et Yam voient mourir leurs populations tout en sachant que justice ne sera pas rendue. En effet jusqu’à présent, les victimes de Ngagne DIAW, Thiaroye sur Mer ne voient pas le bout du tunnel ».
Mont-Rolland a refusé le Projet d’installation de cette entreprise avec l’actuel Maire, Yves Lamine CISS, Mbao en a fait de même avec à l’époque Mamadou Seck, Président de L’Assemblée Nationale, renseigne les pétitionnaires qui citent nommément Cheikh Ndiaye SYLLA, Ancien Directeur de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC) qui selon eux « a délivré le 12 Août 2010 l’attestation d’installation de l’entreprise aux Promoteurs indiens, M. Djibo Leity KÂ à l’époque Ministre de L’Environnement et de la Protection de La Nature et l’Ancien Maire de Sébikotane, Mbaye CISS qui ont illégalement implanté GRAVITA à Sébikotane pour des intérêts bassement matériels au mépris des vies humaines. Voilà les auteurs du génocide massif que nous subissons avec nos décès en cascade et nos cancers sans lots de consolation ».



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →