logo
 

Entretien avec Mahamady Sy, Superviseur minier à Sabodala Gold Operations.
Une mine a des exigences et nécessite des...

23/09/2017

Une mine a des exigences et nécessite des profils pointus. A Sabodala Gold Operations, des jeunes de la région de Kédougou sont recrutés au départ avec des limites professionnelles mais, qui ont pu, grâce à une politique interne de formation, gravir des échelons et atteint des niveaux de responsabilité salutaires. C’est le cas du jeune Mahamady Sy qui a accepté de se prêter à nos questions.
Présentez- vous.
Mon nom est Mahamady Sy, je suis du quartier Dalaba, dans la commune de Kédougou.

Quand êtes-vous entré à SGO, et quel a été votre premier métier ?
J’ai commencé à travailler à SGO en Novembre 2007 sous la bannière de BCM et à la fin du contrat de BCM, SGO M’a recruté le 14 Février 2008 comme Operateur de Camion benne
Quelle fonction ou quel poste occupez-vous au sein de l’entreprise ?
Je suis actuellement superviseur minier mais, depuis près de 05 mois, je suis en formation pour le poste de Superviseur minier senior.
Pouvez- vous nous certifier qu’à SGO il y a une politique adéquate de formation et de promotion internes ?
Oui, en tant qu’employé, je peux témoigner que l’entreprise a mis en place une politique de développement humain en matière de formation. En guise d’exemple, au niveau du département de « Mining Operations », nous avons quatre (04) Superviseurs et dix(10) chefs d’équipe agents de maitrise, tous des nationaux ayant subi des formations de qualité aux postes de responsabilités. Mon parcours professionnel au sein de l’entreprise peut servir à illustrer mes propos.
En effet, j’ai d’abord été employé par SGO comme opérateur de camion benne du 14/02/2008 au 27/10/2008. Ensuite comme agent minier du 27/10/2008 au 01/10/2010 date à laquelle j’ai été promu au poste de chef d’équipe minier pendant 02 ans avant d’être promu encore au poste de chef d’équipe minier senior avec sous ma supervision tous les chefs d’équipe. En 2013 j’ai été encore une fois promu au poste de superviseur mine. Et depuis 05 mois je suis en formation pour le poste de superviseur senior.
Y a –t-il d’autres jeunes filles ou garçons originaires de la région de Kédougou comme toi au sein de l’entreprise ? Quels sont leurs postes ?
Oui il y a des jeunes filles de la région de Kédougou qui occupent des postes d’opératrice de camions et d’autres machines au « Mining ». Pour les garçons il y’en également. En effet trois des quatre superviseurs (dont moi-même) et cinq des dix chefs d’équipe sont également issus de la région de Kédougou. La plupart ont été recrutés comme manœuvre et ont subi des progrès jusqu’au poste de responsable d’équipe et superviseur. Tout cela a été rendu possible grâce à la politique interne de SGO en passant par des formations. Ainsi, il y’a des formateurs à la mine dont l’un est de la région de Kédougou. Quand à la localité, plusieurs jeunes ont été recrutés sans métier et aujourd’hui ils sont devenus de grands opérateurs d’engins lourds à la mine.

Que répondez-vous à ceux qui pensent qu’en termes de promotion de l’emploi local, SGO n’en fait pas assez ?
Je ne suis pas d’accord avec ces gens car en prenant comme exemple le département « Mining », nous avons 80% des postes de responsabilités qui sont managés par des Sénégalais ainsi qu’au sein de toute l’entreprise.

En termes d’hygiène et de sécurité au travail, est-ce que tous les ingrédients sont réunis ?
Oui car l’entreprise est très exigeante en matière d’hygiène, de santé et de sécurité au travail. D’ailleurs nous avons un département entier dédié à cela, et dans chaque département nous avons aussi des représentants du comité « hygiène et sécurité ». Nous disposons également sur site d’une clinique médicale tenue par des médecins du travail. D’importantes sessions de formation sont tenues toute l’année au niveau de tous les départements pour sensibiliser sur le respect des normes de santé et de sécurité au travail. D’ailleurs, cela est justifié par le fait qu’en 2016, nous avons effectué le record de 10 000 000 heures travaillées sans accident occasionnant un arrêt de travail.

Vous plaisez-vous à SGO ? Si oui pourquoi ?
Oui car avec la politique de l’entreprise, j’ai aussi reçu des formations de qualité axées sur l’intégrité, la transparence, l’union, la collaboration…. Compte tenu de tous les avantages et perspectives que je viens d’énumérer depuis le début de cet entretien, je me réjouis d’être un employé de cette compagnie.

Quels sont les deux ou trois conseils que vous voudrez bien donner aux jeunes de Kédougou voulant travailler dans les mines ?
Les conseils que je pourrais donner à ces jeunes c’est la formation, la discipline, le respect de l’autre, beaucoup de volonté et d’engagement, du courage, de la patience tout comme des compétences car une mine obéit à des standards.

Entretien réalisé par Boubacar Dembo TAMBA - tambacounda.info /



Nommé mercredi dernier à la tête de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc), Aliou (...)

Lire l'article →

Selon un rapport confidentiel de l’Agence mondiale antidopage (AMA) révélé mercredi par (...)

Lire l'article →

Il l’avait dit, il l’a fait. Un candidat au bac, qui avait menacé de se donner la mort (...)

Lire l'article →

La procédure en référés initiée par l’État pour demander que la fondation Maarif soit (...)

Lire l'article →

La ministre Khoudia Mbaye serait-elle en sursis ? Devrait-elle quitter la Ld pour (...)

Lire l'article →

Une mort bien trop cruelle pour Salif Thiaw. Marié et père dune fillette, l’agent de (...)

Lire l'article →

Que les populations de Niafrom, dans le département de Bignona, se rassurent ! (...)

Lire l'article →

En campagne pour sa réélection, Karamba Diaby, premier député noir d’Allemagne élu dans (...)

Lire l'article →

L’affaire du Lamantin Beach est au menu de la Cour d’appel de Saint-Louis ce mardi. (...)

Lire l'article →

Alors que la présidentielle doit se dérouler en octobre 2018, le nom du natif du (...)

Lire l'article →

La Grande mosquée de Léona de Kaolack est fermée au public depuis vendredi. Les prières (...)

Lire l'article →

En lui offrant un rein, Nawel a permis à son mari Boubaker d’en finir avec 16 ans de (...)

Lire l'article →