logo
 

Attaque de Nice
une méthode prônée par le « ministre des attentats » de Daech

08/12/2016

L’attentat perpétré à Nice (Alpes-Maritimes) jeudi soir semble correspondre, même s’il n’a pas été revendiqué par l’organisation Etat islamique (ou Daech), à l’application d’une stratégie prônée par celui qui est surnommé par les services de renseignements occidentaux, le « ministre des attentats » : le syrien Abou Mohammed Al-Adnani, porte-parole officiel de l’organisation djihadiste. Vers 1h30 du matin, la section terroriste de Paris a été saisie de l’enquête.

Abou Mohammed Al-Adnani ne cesse d’exhorter ses partisans à passer à l’action dans leurs pays d’origine. Dans un long message audio diffusé en septembre 2014 par Al Furqan, le principal média de l’EI, il lance : « Levez-vous, monothéistes, et défendez votre Etat depuis votre lieu de résidence, où qu’il soit (...) Attaquez les soldats des tyrans, leurs forces de police et de sécurité, leurs services de renseignements et leurs collaborateurs ». Al-Adnani encourage ceux qu’il nomme « les soldats du califat » à utiliser n’importe quelle arme disponible.

« Renversez-le avec votre voiture »

« Si vous ne pouvez pas faire sauter une bombe ou tirer une balle », exhorte-t-il, « débrouillez vous pour vous retrouver seul avec un infidèle français ou américain et fracassez-lui le crâne avec une pierre, tuez-le à coups de couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le d’une falaise, étranglez-le, empoisonnez-le ». « Ne consultez personne et ne cherchez de fatwa de personne », poursuit-il dans cet enregistrement, qui a depuis été partagé et diffusé par des milliers de sites internet. « Que l’infidèle soit combattant ou civil est sans importance. Leur sentence est la même : ce sont tous deux des ennemis. Leur sang est permis ». Il y a un mois, le 13 juin, Larossi Abballa a utilisé un simple couteau pour tuer un policier et sa femme à leur domicile près de Paris, dans une attaque qui a été revendiquée par l’organisation jihadiste Etat islamique.

Celui que les milieux djihadistes nomment « le cheikh Adnani » est au fil des mois devenu une figure importante au sein de l’EI, qui pourrait être chargée, en plus de motiver des djihadistes isolés, de superviser des campagnes de terreur en Occident. Originaire de la région d’Idlib, dans le Nord de la Syrie, c’est un vétéran du djihad anti-américain en Irak, où il s’est rendu dès 2003.

Jeudi, le journaliste David Thomson, spécialiste des djihadistes français, notait sur son compte Twitter qu’un combattant venu de l’Hexagone exhortait dans une vidéo les sympathisants de la cause « à ne plus rejoindre l’EI mais à frapper en France »…



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →