logo
 

Attaque de Nice
une méthode prônée par le « ministre des attentats » de Daech

20/01/2017

L’attentat perpétré à Nice (Alpes-Maritimes) jeudi soir semble correspondre, même s’il n’a pas été revendiqué par l’organisation Etat islamique (ou Daech), à l’application d’une stratégie prônée par celui qui est surnommé par les services de renseignements occidentaux, le « ministre des attentats » : le syrien Abou Mohammed Al-Adnani, porte-parole officiel de l’organisation djihadiste. Vers 1h30 du matin, la section terroriste de Paris a été saisie de l’enquête.

Abou Mohammed Al-Adnani ne cesse d’exhorter ses partisans à passer à l’action dans leurs pays d’origine. Dans un long message audio diffusé en septembre 2014 par Al Furqan, le principal média de l’EI, il lance : « Levez-vous, monothéistes, et défendez votre Etat depuis votre lieu de résidence, où qu’il soit (...) Attaquez les soldats des tyrans, leurs forces de police et de sécurité, leurs services de renseignements et leurs collaborateurs ». Al-Adnani encourage ceux qu’il nomme « les soldats du califat » à utiliser n’importe quelle arme disponible.

« Renversez-le avec votre voiture »

« Si vous ne pouvez pas faire sauter une bombe ou tirer une balle », exhorte-t-il, « débrouillez vous pour vous retrouver seul avec un infidèle français ou américain et fracassez-lui le crâne avec une pierre, tuez-le à coups de couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le d’une falaise, étranglez-le, empoisonnez-le ». « Ne consultez personne et ne cherchez de fatwa de personne », poursuit-il dans cet enregistrement, qui a depuis été partagé et diffusé par des milliers de sites internet. « Que l’infidèle soit combattant ou civil est sans importance. Leur sentence est la même : ce sont tous deux des ennemis. Leur sang est permis ». Il y a un mois, le 13 juin, Larossi Abballa a utilisé un simple couteau pour tuer un policier et sa femme à leur domicile près de Paris, dans une attaque qui a été revendiquée par l’organisation jihadiste Etat islamique.

Celui que les milieux djihadistes nomment « le cheikh Adnani » est au fil des mois devenu une figure importante au sein de l’EI, qui pourrait être chargée, en plus de motiver des djihadistes isolés, de superviser des campagnes de terreur en Occident. Originaire de la région d’Idlib, dans le Nord de la Syrie, c’est un vétéran du djihad anti-américain en Irak, où il s’est rendu dès 2003.

Jeudi, le journaliste David Thomson, spécialiste des djihadistes français, notait sur son compte Twitter qu’un combattant venu de l’Hexagone exhortait dans une vidéo les sympathisants de la cause « à ne plus rejoindre l’EI mais à frapper en France »…



03/01/2017

Chrono J-12

L’ancien footballeur El Hadji Diouf a lancé un quotidien sportif nommé « Sport 11 » dont (...)

Lire l'article →

À propos de la crise au Ps, les responsables socialistes, réputés proches du secrétaire (...)

Lire l'article →

Le président de l’Association des communicateurs traditionnels, El Hadji Mansour Mbaye, (...)

Lire l'article →

L’équipe nationale de football du Sénégal a-t-il bien joué contre la Tunisie ? Ça importe (...)

Lire l'article →

La 31ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) Gabon 2017 a démarré samedi (...)

Lire l'article →

L’Assemblée nationale de la Gambie est convoquée en session ce lundi. Officiellement, (...)

Lire l'article →

19 suspects dont 8 transitaires et 6 agents de Dubaï Port sont tombés dans le cadre de (...)

Lire l'article →

Le passage du ministre des Postes et Télécommunications à l’Assemblée nationale hier, (...)

Lire l'article →

Le Collectif des cadres casamançais (CCC) souhaite que le président gambien sortant (...)

Lire l'article →

À la tête de la Commission nationale du dialogue des territoires (Cndt), Djibo Kâ gère (...)

Lire l'article →

Un groupe de députés de l’opposition a déposé hier, mardi 10 janvier, un recours devant le (...)

Lire l'article →

Yaya Jammeh est-il en train de montrer qu’il reste le maître du jeu dans son pays ? (...)

Lire l'article →