logo
 

Ryad déjoue une attaque d’envergure contre le premier lieu saint de l’islam

26/07/2017

L’Arabie saoudite a annoncé avoir déjoué un attentat d’envergure contre la Grande mosquée de La Mecque, qui aurait pu causer de nombreuses victimes parmi les dizaines de milliers de fidèles rassemblés sur le site du premier lieu saint de l’islam.

Les forces de sécurité ont arrêté vendredi cinq membres d’un groupe "terroriste" alors qu’un sixième s’est fait exploser après avoir été pourchassé et encerclé dans un bâtiment près de la Grande mosquée. Six pèlerins et cinq policiers ont été blessés dans l’effondrement partiel du bâtiment provoqué par l’explosion, selon les autorités.

L’Iran et le Qatar ont aussitôt exprimé leur solidarité avec l’Arabie saoudite, malgré la rupture de leurs relations avec le royaume saoudien.

Le Qatar, en brouille avec Ryad qui l’accuse de soutenir le "terrorisme" et lui reproche ses liens avec l’Iran, s’est dit "solidaire avec le royaume saoudien frère" et réaffirmé son "rejet de violence et du terrorisme". L’Iran chiite, rival régional du royaume sunnite, s’est déclaré prêt à "coopérer" dans la lutte antiterroriste.

Ces dernières années, l’Arabie saoudite a été la cible de plusieurs attentats meurtriers revendiqués par le groupe jihadiste sunnite Etat islamique (EI).

C’est la deuxième fois en moins d’un an que les lieux les plus sacrés de l’islam sont visés dans le royaume. En juillet 2016, un attentat à Médine, deuxième lieu saint de l’islam qui abrite le mausolée du prophète Mahomet, a fait quatre morts.

Kamikaze ’barricadé’

Samedi avant l’aube, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, le général Mansour al-Turki, a annoncé "la mise en échec vendredi d’une action terroriste imminente qui visait les fidèles et la sécurité de la Grande mosquée", située dans l’ouest saoudien.

L’attentat a été déjoué au moment où les fidèles étaient massivement rassemblés à la Grande mosquée pour le dernier vendredi du ramadan, le mois sacré du jeûne musulman.

Selon le communiqué du porte-parole, le kamikaze faisait partie d’un groupe "terroriste" basé dans deux quartiers de La Mecque et à Jeddah, la capitale économique du royaume (ouest), et dont cinq membres, y compris une femme, ont été arrêtés.

Il a expliqué que le kamikaze, qui s’était barricadé dans les étages du bâtiment situé dans l’enceinte de la grande mosquée, avait "ouvert le feu sur les forces de sécurité qui ont riposté, avant qu’il ne se fasse exploser".

L’explosion a causé l’effondrement partiel du bâtiment, qui a blessé six résidents étrangers effectuant la Omra -petit pèlerinage de La Mecque-, et cinq policiers, selon lui. Deux des fidèles blessés sont toujours hospitalisés.

’Plans dirigés de l’étranger’

le porte-parole a accusé le groupe "terroriste" d’exécuter "des plans dirigés depuis l’étranger dans le but de nuire à la sécurité et à la stabilité" du royaume, sans fournir d’autres précisions.

Il a rappelé que "plusieurs cellules terroristes avaient été démantelées ces deux dernières années à La Mecque et dans sa banlieue", ajoutant que leur objectif était "de remettre en cause la capacité du royaume à assurer la sécurité des fidèles".

Outre l’Iran et le Qatar, le projet d’attentat a été condamné par la Jordanie, Al-Azhar, la prestigieuse institution de l’islam sunnite basée en Egypte, et la Ligue arabe.

Al-Azhar a affirmé soutenir Ryad "dans la lutte contre le terrorisme jusqu’à son éradication". Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a condamné une tentative de "déstabiliser la stabilité du royaume et de terroriser les innocents".

Le 20 novembre 1979, La Mecque a été le théâtre d’une attaque armée spectaculaire : l’occupation par des intégristes musulmans sunnites de la Grande mosquée, où priaient des milliers de fidèles, avait entraîné quatorze jours plus tard un assaut des forces saoudiennes. Bilan : 333 morts.

Auteur : AFP - La DépêcheL’Arabie saoudite a annoncé avoir déjoué un attentat d’envergure contre la Grande mosquée de La Mecque, qui aurait pu causer de nombreuses victimes parmi les dizaines de milliers de fidèles rassemblés sur le site du premier lieu saint de l’islam.

Les forces de sécurité ont arrêté vendredi cinq membres d’un groupe "terroriste" alors qu’un sixième s’est fait exploser après avoir été pourchassé et encerclé dans un bâtiment près de la Grande mosquée. Six pèlerins et cinq policiers ont été blessés dans l’effondrement partiel du bâtiment provoqué par l’explosion, selon les autorités.

L’Iran et le Qatar ont aussitôt exprimé leur solidarité avec l’Arabie saoudite, malgré la rupture de leurs relations avec le royaume saoudien.

Le Qatar, en brouille avec Ryad qui l’accuse de soutenir le "terrorisme" et lui reproche ses liens avec l’Iran, s’est dit "solidaire avec le royaume saoudien frère" et réaffirmé son "rejet de violence et du terrorisme". L’Iran chiite, rival régional du royaume sunnite, s’est déclaré prêt à "coopérer" dans la lutte antiterroriste.

Ces dernières années, l’Arabie saoudite a été la cible de plusieurs attentats meurtriers revendiqués par le groupe jihadiste sunnite Etat islamique (EI).

C’est la deuxième fois en moins d’un an que les lieux les plus sacrés de l’islam sont visés dans le royaume. En juillet 2016, un attentat à Médine, deuxième lieu saint de l’islam qui abrite le mausolée du prophète Mahomet, a fait quatre morts.

Kamikaze ’barricadé’

Samedi avant l’aube, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, le général Mansour al-Turki, a annoncé "la mise en échec vendredi d’une action terroriste imminente qui visait les fidèles et la sécurité de la Grande mosquée", située dans l’ouest saoudien.

L’attentat a été déjoué au moment où les fidèles étaient massivement rassemblés à la Grande mosquée pour le dernier vendredi du ramadan, le mois sacré du jeûne musulman.

Selon le communiqué du porte-parole, le kamikaze faisait partie d’un groupe "terroriste" basé dans deux quartiers de La Mecque et à Jeddah, la capitale économique du royaume (ouest), et dont cinq membres, y compris une femme, ont été arrêtés.

Il a expliqué que le kamikaze, qui s’était barricadé dans les étages du bâtiment situé dans l’enceinte de la grande mosquée, avait "ouvert le feu sur les forces de sécurité qui ont riposté, avant qu’il ne se fasse exploser".

L’explosion a causé l’effondrement partiel du bâtiment, qui a blessé six résidents étrangers effectuant la Omra -petit pèlerinage de La Mecque-, et cinq policiers, selon lui. Deux des fidèles blessés sont toujours hospitalisés.

’Plans dirigés de l’étranger’

le porte-parole a accusé le groupe "terroriste" d’exécuter "des plans dirigés depuis l’étranger dans le but de nuire à la sécurité et à la stabilité" du royaume, sans fournir d’autres précisions.

Il a rappelé que "plusieurs cellules terroristes avaient été démantelées ces deux dernières années à La Mecque et dans sa banlieue", ajoutant que leur objectif était "de remettre en cause la capacité du royaume à assurer la sécurité des fidèles".

Outre l’Iran et le Qatar, le projet d’attentat a été condamné par la Jordanie, Al-Azhar, la prestigieuse institution de l’islam sunnite basée en Egypte, et la Ligue arabe.

Al-Azhar a affirmé soutenir Ryad "dans la lutte contre le terrorisme jusqu’à son éradication". Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a condamné une tentative de "déstabiliser la stabilité du royaume et de terroriser les innocents".

Le 20 novembre 1979, La Mecque a été le théâtre d’une attaque armée spectaculaire : l’occupation par des intégristes musulmans sunnites de la Grande mosquée, où priaient des milliers de fidèles, avait entraîné quatorze jours plus tard un assaut des forces saoudiennes. Bilan : 333 morts.

Auteur : AFP - La Dépêche



A l’instant même trois manifestants viennent d’être arrêtés par la police à la place de (...)

Lire l'article →

Selon les dernières informations de Dakaractu, le cortège de Me Abdoulaye Wade, après (...)

Lire l'article →

L’information sur la présence de l’ancienne Première dame gambienne, Zeinab Soumah (...)

Lire l'article →

Le chef de l’Etat, Macky Sall, veut que les citoyens qui n’ont pas pu retirer leurs (...)

Lire l'article →

Les membres de la coalition Mànkoo Taxawu Senegaal ont rencontré ce mardi les (...)

Lire l'article →

Ca commence à chauffer à la Place de l’indépendance. Les policiers ont commencé à larguer (...)

Lire l'article →

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, depuis sa cellule, a apporté la réplique à ses (...)

Lire l'article →

Dans un entretien avec le quotidien spécialisé en lutte Sunu Lamb, le promoteur Aziz (...)

Lire l'article →

La carte d’identité nationale biométrique ou rien. Abdoulaye Wade ne veut rien savoir de (...)

Lire l'article →

C’est l’adjoint du président du jury « 1091 » du centre de l’établissement Immaculée (...)

Lire l'article →

Les mourides célèbrent le 12 prochain le Magal de Darou Salam, qui marque le retour au (...)

Lire l'article →