logo
 

Reportage – Drague et tromperie sur le réseau social :
Révélations sur les combines coquines de garçons à l’encontre des filles sur « Fessebook »

24/05/2017

L’OBS – Facebook est le réseau social le plus utilisé par les jeunes Sénégalais. Aujourd’hui, c’est un cadre virtuel de rencontres, de drague. Mais, le plus scandaleux, ce sont les petits coups fourrés orchestrés par les garçons à l’encontre de jeunes filles. L’Obs a découvert le manège de jeunes garçons qui se partagent les pseudos ou les numéros de leurs copines.
Modou Faye a une dégaine d’athlète, ce lycéen de 19 ans est un gaillard d’1 mètre 85. Modou a une passion : le Basket et un hobby : le réseau social Facebook. Le temps des vacances, « Doumo », comme l’appellent affectueusement ses intimes, se la coule douce. Il profite de ces moments pour se distraire, croquer la vie à pleines dents, à l’image des jeunes de son âge. A part le basket qu’il pratique les après-midi, en cette période de vacances, « Doumo » est un féru de la toile, puisqu’il préfère « taper les fesses des book ».
Trouvé sur le parcours fréquenté de la Vdn, en compagnie d’un ami attendant un bus pour aller à un rendez-vous avec une de « ses copines », il ouvre sa vie, comme on entrebâille les pages d’un roman à l’eau de rose. Puisque l’homme est ce qu’on appelle un tombeur sur Facebook qui est son terrain de chasse privilégié. Il raconte, sans répit, ses rencontres avec des demoiselles devenues des copines qu’il a pu embobiner. « Là, je vais dans un restaurant de la place pour rencontrer une demoiselle que j’ai connue sur « facebook ». Son nom, c’est F.D. (pour ne pas l’exposer sur la place publique). C’est un ami qui m’a filé son pseudo et je lui ai envoyé une demande qu’elle a acceptée. C’est une ex de mon ami. Après être sorti avec elle, il me l’a passée. J’ai prévu de sortir avec elle pour passer quelques temps. Après, je vais la passer à un autre et ainsi de suite », acquiesce-t-il, tout sourire.
Subitement son téléphone claironne. « C’est la fille qui m’appelle. » La discussion s’arrête un moment. 10 minutes de communication avec la demoiselle, il revient plein d’entrain. « Le resto est déprogrammé, elle veut venir chez moi, dans ma chambre. Elles sont toutes faciles, ces demoiselles d’aujourd’hui (sic). J’ai courtisé beaucoup de filles, à partir de Facebook. Là, je ne peux pas vous dire le nombre de mes copines, elles sont nombreuses », se vante-t-il, haussant ses épaules larges. Puis, il se retire, pour retourner chez lui, en attendant sa nouvelle conquête qu’il n’a jamais croisée du regard. Il s’est juste contenté d’apercevoir les belles photos de sa nymphe virtuelle trônées, de façon aguicheuse, sur sa page Facebook.
« J’ai courtisé beaucoup de filles sur Facebook »
Sous couvert de l’anonymat, ce sérigraphe de métier ira plus loin. « Toutes les stratégies sont bonnes pour berner les filles. Celle-là est une étudiante, nous nous sommes connus sur facebook. Je lui ai fait croire que je suis émigré résident à Dubaï et je viens au Sénégal, tous les 3 mois, pour un séjour de 21 jours. Un jour, je l’appelle, lui dis que je suis arrivé au Sénégal depuis 2 jours et que je voudrais qu’on se voie quelque part. Elle a proposé la plage de Ngor village. J’ai rassemblé l’argent nécessaire pour la bouffe, son taxi aller retour et sa tenue deux pièces. Le samedi, elle m’appelle à 09h du matin. C’est là que j’ai réalisé que j’ai réussi mon coup. » Le sourire aux lèvres, il appelle un de ses amis pour lui dire que son appât coquin a pris « un gros poisson ». Autour du thé, avec des amis, N.S. se glorifie de la prouesse qu’il vient de réussir. « Une fois à la plage, j’ai tout fait pour qu’elle soit à l’aise. Elle s’est bien amusée. Nous sommes rentrés vers 19h. Et depuis lors, elle m’appelle, tous les jours, parce que je lui ai fait miroiter plein de belles choses, avec des billets de 10000 FCfa. Un jour, elle est venue chez moi et imaginez la suite. Depuis lors, je ne peux plus rester une semaine sans avoir une relation avec elle. » Mais, le plus cocasse dans cette affaire, c’est quand il a fini de discuter au bout de quelques minutes, le jeune homme très retors a filé le numéro de la demoiselle à un de ses amis qui, lui aussi, à son tour, a fait croire à la fille qu’il travaille dans une société de la place et qu’il avait un véhicule à sa disposition. Sans crier gare, la demoiselle, très entreprenante, l’a invité à venir dans sa chambre à la cité Claudel. Ainsi, le jeune homme a-t-il illico presto emprunté un véhicule, un costume et une somme de dix mille FCfa à un de ses amis pour aller au lieu indiqué. « Arrivé dans la chambre, l’étudiante m’a accueilli avec tous les honneurs dans une tenue trop sexy, C’est là que j’ai réalisé ce que mon ami me disait. Après, il s’en est suivi une belle parade exotique », narre le sérigraphe.
Beaucoup de jeunes, dans leur moment de solitude, cherchent de la compagnie, de façon éhontée, parfois, en surfant sur Facebook. Ils se drapent, alors, de leurs plus beaux atours pour tromper de jeunes filles pressées de se montrer sur le réseau social. Une première connexion par des salutations longues et amicales, puis une mise en confiance, des échanges de coordonnées et enfin, des rencontres organisées qui se terminent par des soirées torrides. Chacun va monter sa propre histoire, pour attirer la demoiselle dans ses filets et après en avoir assez, il passe le numéro aux copains et chacun, à son tour, tend son filet pour attraper « un gros poisson ». Une assertion que confirme cette demoiselle restauratrice dans le civil. « J’avais un copain que j’ai connu sur facebook. Après deux mois ensemble, nous nous sommes séparés. Un jour, quelqu’un m’appelle pour me dire qu’il était venu manger dans mon restaurant. Il m’a courtisée et j’ai accepté de sortir avec lui. Nous sommes sortis ensemble pendant trois mois et nous nous sommes séparés. » Il n’y a jamais deux sans trois. L’histoire n’est pas finie. Mais, c’est le troisième copain qui a fait capoter l’affaire, selon la demoiselle. « Il s’appelle Doudou Mbodj. Au départ, il était très sérieux et franc, il ne laissait même pas l’impression d’un bandit sexuel. Un jour, dans sa chambre, il était sorti et j’ai regardé ses textos. Ce que j’ai vu m’a ébahie. Des messages qu’il a échangés avec mes deux ex-copains qui parlent de moi. C’est là que j’ai réalisé qu’ils me bernaient. Ce qui me fait mal, c’est que je ne suis pas leur seule victime. Il y a eu d’autres filles… » elle coupe le récit et refuse de continuer. Contrairement à la restauratrice, Mamy Diallo ne se cache pas. Cette belle demoiselle d’une beauté angélique, silhouette de cendrillon et d’un sourire chatoyant, se raconte. « Moi, c’est l’argent qui m’intéresse. Je suis sorti avec deux hommes, des amis. Ils ont chacun leur véhicule, parce qu’ils sont des fils à papa. Ils me donnent ce que je veux et vice-versa. Nous nous sommes connus sur facebook. En tout cas, moi je n’y vois pas d’inconvénients. Avoir plusieurs copains à partir de facebook, qu’ils se passent mon pseudo, ce que je veux, c’est qu’ils me donnent du fric pour m’occuper, point barre », tonne-t-elle sans complexe.
Sur la toile et plus précisément sur Facebook, les demoiselles postent toujours des photos sur leur mur. Des photos parfois trop sexy où l’on voit, exhibées, certaines parties intimes. Soit une excursion à la plage, une rencontre dans un hôtel de la place. Tous les moyens sont bons pour se montrer plus sexy, attirer des mâles potentiels…Et le jeu de dupes de commencer entre garçons et filles.
CHAMSIDINE SANÉ (STAGIAIRE)



Cinq saisons sans Liga, à l’échelle du grand Real, c’est une éternité, une anomalie, une (...)

Lire l'article →

Le ratio est faible : moins de 14%. À un peu plus de 2 mois des élections législatives, (...)

Lire l'article →

C’est la grosse affaire en ce moment à la rue 13X8 de la Médina. Un homme présenté comme (...)

Lire l'article →

Le président américain Donald Trump s’est déclaré dimanche porteur d’un message "d’amitié, (...)

Lire l'article →

Le panafricaniste de renom, Kemi Seba, président de l’Urgences panafricanistes, présent (...)

Lire l'article →

L’analyse des 50 cas de décès maternels enregistrés à l’Hôpital régional de Kaffrine en (...)

Lire l'article →

Le Sommet islamo-arabo-américain se tient présentement à Riyad, la capitale du royaume (...)

Lire l'article →

Chassez le naturel et il revient au galop ! A Diourbel, les camarades de parti du (...)

Lire l'article →

Seydou Guèye, porte-parole du gouvernement et de l’Alliance pour la République (Apr), (...)

Lire l'article →

Le sommet arabo-islamique et américain s’ouvre ce dimanche à Riyad, capitale de l’Arabie (...)

Lire l'article →