logo
 

Révélation des Législatives
Pourquoi le PUR est si fort

16/08/2017

Présenté au regard des tendances comme la quatrième force des législatives, derrière Benno, Mànkoo et Wattù, le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) passe pour la révélation du scrutin de dimanche dernier.

Si l’on se fie aux confessons de sa tête de liste nationale, El Hadji Issa Sall, trois facteurs ont concouru au succès de cette entité politique qui a brigué, seule, les suffrages des Sénégalais pendant que des partis traditionnels étaient en coalition.

Premier facteur de succès : l’âge. Le Pur est vieux de 20 ans. C’est donc un parti qui a connu- sans participer à toutes-, au moins trois présidentielles, quatre législatives, trois locales. Ça forge de l’expérience.

Il y a, deuxièmement, l’organisation. « C’est un parti organisé, structuré, qui a maillé tout le pays d’Est en Ouest, du Nord au Sud, nous avons des électeurs partout, s’enflamme El Hadji Issa Sall Si les élections avaient été bien organisées, en termes de distribution des cartes, le Pur ne serait pas à la troisième ou à la quatrième position. Je ne connais pas d’ailleurs le position pour le moment parce que les résultats définitifs ne sont pas encore prononcés. »

Le succès du Pur pourrait être attribué à un troisième facteur : une bonne campagne électorale. Ce parti a su toucher les électeurs, selon sa tête de liste nationale, « en allant dans tous les coins et recoins du pays, tenir un message très convaincant de façon très pacifique aussi et la population a aimé notre discours et les gens ont adhéré ».

Les législatives sont passées. Le Pur fixe l’horizon avec appétit. El Hadji Issa Sall informe : « Il y a des élections à venir en 2019 (avec) la présidentielle et les locales. Le Pur va se structurer (davantage) pour participer à ces joutes. »

Sous quelle bannière et avec qui comme candidat (pour la course au Palais) ? Si le responsable du Pur indique que son parti n’exclut pas les coalitions, il renvoie sine die la question de l’identité de leur candidat pour la succession de Macky Sall dans deux ans. « Ce n’est pas encore à l’ordre du jour », a dégagé en touche El Hadji Issa Sall.

Source : L’Observateur



L’ancien Président Abdoulaye Wade exige la libération de Serigne Assane Mbacké, placé en (...)

Lire l'article →

C’est sans doute l’audience de la dernière chance pour Khalifa Sall. La Cour suprême se (...)

Lire l'article →

Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée dans l’explosion à la centrale électrique (...)

Lire l'article →

La Sûreté urbaine a procédé à l’arrestation de dix supporters de l’Union sportive de Ouakam (...)

Lire l'article →

La chanteuse Amy Collé Dieng et Penda Bâ partagent la même cellule à la prison des femmes (...)

Lire l'article →

Macky Sall est satisfait des conditions de tenue des législatives du 30 juillet. « Les (...)

Lire l'article →

L’affaire de la mise à sac de 147 bureaux de vote à Touba, le 30 juillet, jour des (...)

Lire l'article →

Le directeur général de la Senelec, Makhtar Cissé, a été désigné « Madia d’Or » 2016. Cette (...)

Lire l'article →

Reportés à cause du drame de Demba Diop, les combats Modou Lô-Lac 2 et Papa Sow-Ama (...)

Lire l'article →

Une voiture a foncé sur des militaires de l’opération Sentinelle mercredi matin à (...)

Lire l'article →

La chanteuse Amy Collé Dieng peut porter plainte contre la personne qui a diffusé (...)

Lire l'article →

Le clerc de notaire Pape Médoune Seck est accusé d’avoir volé 10 millions de francs Cfa à (...)

Lire l'article →