logo
 

Pourquoi Aliou Cissé et sa bande se barricadent

11/12/2016

Contrairement aux matchs comptant pour les éliminatoires de la CAN Total 2017 où les entraînements étaient ouverts au public, Aliou Cissé en a décidé autrement en adoptant une méthode consistant à se barricader afin d’être loin des caméras et autres appareils photos des journalistes et du public.

Depuis sa participation à la Coupe du Monde 2002, le Sénégal n’a plus pris part à cette compétition intercontinentale. Au sortir de ce mondial asiatique, tous les férus du foot ainsi que les observateurs voyaient les Lions de la Téranga, à l’époque composée de grands talents tels que El Hadji Diouf, Khalilou Fadiga, Salif Diao ou encore Omar Daf, se qualifier pour le mondial suivant celui organisé en Allemagne. Mais, c’était sans compter avec la détermination, l’envie, le courage des Eperviers du Togo qui ont anéanti les chances de qualification du Sénégal.

Pour la Coupe du Monde 2010 la bande à Souleymane Camara n’a pas pu passer la première phase, se voyant même écartée de la CAN angolaise dans une poule où figurait l’Algérie. En 2014, c’est la Côte d’ivoire qui se mettait sur le chemin des Lions les empêchant ainsi de se rendre au Brésil à l’été de cette même année. Dans deux ans, ce sera à la Russie d’accueillir le monde du football. Et les éliminatoires débutent ce week-end pour le Sénégal par la réception d’un voisin même si, entre les deux pays il n’existe pas de frontière terrestre, car séparée par la mer. Un match, sans doute particulier pour les deux équipes. L’ancienne colonie portugaise compte beaucoup de ressortissants dans la capitale sénégalaise, Dakar, qui anciennement portait le nom de Cap-Vert. Samedi, Sénégalais et Capverdiens vont s’affronter pour la première journée dans cette poule où figurent l’Afrique du Sud et le Burkina Faso.

Après la publication respective de leurs listes, les deux coaches sont entrés en regroupement depuis lundi. Si les camarades d’Aldair Fortes sont au Portugal, les Lions de la Teranga se « bunkerisent » à Dakar. Aliou Cissé a décidé de ne pas laisser la presse de suivre les entraînements de son équipe, mais aussi de ne pas s’approcher des joueurs comme cela a été le cas lors des précédentes rencontres avec le fameux « open press ».

Au moment où l’équipe nationale du Sénégal a besoin du public pour la soutenir, le sélectionneur et l’encadrement ont décidé de se barricader et rester loin des yeux de la presse sportive sans oublier les supporters qui ne cessaient de faire le pied de grue à l’hôtel ou au stade Léopold Sédar Senghor. La seule justification de l’ancien capitaine des Lions reste la volonté de travailler dans la sérénité en vue de l’entrée en lice de ses joueurs. « Le Sénégal n’a pas l’habitude de travailler à huis clos, mais parfois il est important d’avoir un peu de confidentialité.

On a préféré prendre deux à trois jours pour travailler sur quelques stratégies », disait Aliou Cissé lors de la publication de la liste vendredi. Et tout le monde n’est pas d’accord avec cette méthode qui, aux yeux des journalistes et des supporters, est nouvelle. Pour Ndoffène Fall, le manager général du Jaraaf, prendre trois jours c’est un peu trop. « Il faut donner de la place aux supporters pour pouvoir communier avec l’équipe nationale et que les joueurs eux-mêmes sentent cette chaleur, cet engouement populaire et cette détermination à les pousser à aller de l’avant », disait l’ancien joueur du club de la Médina. Les supporters et la presse n’auront que le vendredi pour assister à l’entraînement des Lions et le samedi à l’heure du match pour voir l’équipe nationale.



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →