logo
 

Magal de Touba : le partage comme vecteur d’unité

04/12/2016

Clairement le plus grand rassemblement annuel au Sénégal, le Magal de Touba, au-delà de son aspect religieux, est une illustration parfaite du partage, vecteur d’unité. Il attire chaque année des millions de fidèles musulmans

Le Grand Magal, terme wolof qui signifie « rendre hommage, célébrer », commémore le départ en exil du fondateur du mouridisme, Cheikh Amadou Bamba, arrêté et exilé pour ses convictions religieuses. C’est l’un des plus grands événements religieux au Sénégal, et depuis sa création, le Magal de Touba est un rendez-vous annuel exceptionnel pour les sénégalais et les millions de « talibés » que compte Sérigne Touba (Cheikh Amadou Bamba).
Durant cette journée, où les seules activités autorisées sont la déclamation du Coran et des Khassaïdes (écrits de Cheikh Amadou), le partage, l’amour du prochain sont des valeurs partagées par les pèlerins. Des valeurs qui sont placées au cœur des enseignements de l’Islam et de Serigne Touba, serviteur du Prophète Mohamed (PSL). Pendant le Magal, les populations sont aux petits soins des visiteurs, n’hésitant pas à loger et nourrir gratuitement les pélérins..
Dans un contexte ou la religion islamique fait l’objet d’amalgame, notamment en occident, le Grand Magal de Touba vient rappeler que l’Islam est avant tout une religion d’amour. Cet amour bien présent lors de cet événement religieux se manifeste également par la présence de chrétiens qui participent à l’organisation de l’événement, comme c’est aussi le cas pour les musulmans lors du pélerinage de Popenguine qui rassemble des milliers de fidèles catholiques. Cette entraide montre à juste titre qu’il est possible de vivre ensemble dans le respect des croyances des uns et des autres.

Du point de vue touristique, Touba est aujourd’hui l’une des plus grandes attractions au Sénégal. « C’est une ville paisible où on apprend énormément aussi bien sur les plans religieux, historique et humain. Les religions et leurs pratiques occupent une grande place au Sénégal mais ne sont pas, contrairement à de nombreux pays, sources de clivages, et cela doit être considéré comme une bénédiction pour le secteur du tourisme », explique Mamadou Marème Diop de la plateforme jovago.com, un acteur du secteur au Sénégal. L’impact du Magal sur l’activité touristique est aussi important que de centaines d’entreprises nationales et internationales font le déplacement chaque année afin de faciliter l’accès aux services durant l’événement. Au-delà d’un événement religieux, le Magal de Touba nous invite au rapprochement avec Dieu, au partage, à l’unité, et au pardon, des valeurs qui cette année encore seront au centre de cette célébration.

Ismael Kambel



La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →

Le député Moustapha Cissé Lô recommande une commission d’enquête parlementaire « pour (...)

Lire l'article →

La Tunisie, candidate à l’organisation du prochain sommet de la Francophonie en 2018, (...)

Lire l'article →

Les éleveurs du Sénégal avaient pris l’engagement de payer la caution de Macky Sall pour (...)

Lire l'article →

Le débat sur le franc Cfa et la nécessité de création d’une monnaie sous régionale propre, (...)

Lire l'article →

En Côte d’Ivoire, quinze jours après sa suspension le procès de Simone Gbagbo va (...)

Lire l'article →

Un conseil interministériel sur le démarrage de la campagne de commercialisation de (...)

Lire l'article →

C’est l’un des thèmes clés du sommet de la Francophonie qui s’est tenu à Madagascar : « (...)

Lire l'article →