logo
 

Exclusion du Pds
Les vérités de Farba Senghor

24/05/2017

Le secrétariat national du Pds a exclu ce lundi 27 mars 2017 Pape Samba Mboup et Farba Senghor pour « actes d’indiscipline ». Décision prise à la suite d’un rapport du secrétaire général national adjoint, Oumar Sarr.
Dans cet entretien accordé à Seneweb, le désormais ex-chargé de la propagande au Pds juge la procédure illégale et s’attaque à Karim Wade, « une personne très méchante que les sénégalais découvriront petit à petit ». Il refuse, toutefois, de faire un recours et exclut toute alliance avec le Président Macky Sall. Entretien !

Vous venez d’être exclu du Pds. Vous devez être en colère ?

Je remercie plutôt le Seigneur d’avoir accompli sa volonté par cette décision. Je remercie également le président Abdoulaye Wade pour le long compagnonnage que nous avons eu. C’est moi-même qui ai adopté volontairement sa doctrine. J’ai fait un compagnonnage de plus de 40 ans avec lui. Nous avons beaucoup partagé et je sais que c’est un homme très généreux. Mais actuellement, il est âgé. Le problème fondamental, c’est son fils. Karim Wade est la source des malheurs du Sénégal et du Pds.

Qu’est-ce qui vous le fait dire ?

Parce qu’à partir de 2009, quand il a commencé à mettre la main dans le fonctionnement de l’Etat et du parti, il a tout chamboulé. Il a fait écarter les hauts responsables du Pds et des militants qui étaient autour de son père, pour installer des gens que personne ne connaissait et qui n’ont aucune compétence. Cela a eu une incidence très grave dans la gestion de notre pouvoir et a ouvert la brèche à nos adversaires. Des adversaires qui sont passés par son comportement pour atteindre tout notre système, mais aussi pour atteindre son père. C’est tout cela qui a amené notre défaite de 2012. Maintenant, depuis qu’il est sorti de prison, il continue de mettre la main dans le parti et à tout chambouler avec Whatshapp et les appels téléphoniques. On ne peut pas gouverner un pays ou un parti par Whattsapp.

Apparemment, vous en voulez à Karim Wade...

Karim est méchant. Il est très très méchant. Tout ce qui nous arrive, c’est lui. La vérité est qu’il y a un problème d’héritage au Pds. C’est un problème de succession du président Abdoulaye Wade. C’est la reprise de l’œuvre d’Abdoulaye Wade qui crée tous ces problèmes là. Karim a voulu créer un groupe de béni-oui-oui avec les Omar Sarr, Bakhao Diongue et El Hadji Amadou Sall... Mais ces gens-là viennent d’autres partis. Bakhao vient du Parti socialiste. Elle est arrivée après les événements de 2012. Amadou Sall vient du Rnd, Omar Sarr est un communiste-trotskiste. Il a été avec les Demba Ndiaye, Mimi Touré et Doudou Sarr. Ce sont ces gens-là qui vont récupérer le parti. Il (Karim) ne sait pas que ces gens-là sont les fils des anciens ennemis de son père. C’est une grande défaite pour le président Abdoulaye Wade quand on voit que les gens formés dans son parti son écartés et sont exclus.

Mais ne pensez-vous pas avoir prêté le flanc en adoptant une ligne contraire à celle du parti.

On me reproche d’avoir fait une tournée et d’être fractionniste. A-t-on oublié qu’il y a de hauts responsables du Pds qui ont créé leurs mouvements au vu et au su de tout le monde, qui ont déclaré qu’ils seront candidats en 2017 et qui préparent une liste parallèle aux élections législatives de 2017. Il s’agit de Aïda Mbodji. Tout le monde l’a vu. Il y a aussi Habib Sy, qui s’est déclaré candidat à la présidentielle de 2019, et Amadou Kane Diallo, lui aussi candidat en 2019. Ce dernier a même fait une tournée à l’extérieur, en France. Tournée qu’il est en train de faire au Sénégal. Il y a également Fallou Mbacké de Touba qui a déclaré ouvertement qu’il ferait une liste parallèle aux législatives. Pourquoi ces gens-là ne sont pas exclus. On vient exclure Farba Senghor. En plus la procédure utilisée pour nous exclure est viciée.

Viciée ? Pourquoi ?

Le règlement intérieur et les statuts du parti prévoient que nous soyons traduits devant le secrétariat national et que nous soyons assistés par un avocat ou par des assistants choisis librement par nous. Nous devrions être entendus, mais nous n’avons même pas été convoqués. On ne nous a même pas notifié la décision. Nous l’avons appris par voie de presse. Cet après-midi, Pape Samba Mboup a appelé à la permanence pour demander si nous étions convoqués à la réunion, on lui a répondu que nos noms ne figurent pas sur la liste des convoqués. Donc ils se sont réunis sans nous. Ils ont même, parait-il, voté. C’est triste de voir ce que Karim Wade est en train de faire. Il est très méchant. Nous l’avons couvert pendant tout ce temps-là. Nous n’avons jamais voulu blesser son père. Maintenant, il utilise l’âge de son père pour faire du n’importe quoi. C’est ça qui est triste. Les Sénégalais découvriront petit à petit qui est Karim. Est-ce qu’on doit être à Doha dans un trou et lancer des pierres à ceux qui sont à l’extérieur ? Le Pds a un seul problème actuellement, c’est Karim Wade. C’est lui qui nous a fait perdre le pouvoir et qui nous empêche de le reprendre. Tout est concentré sur Karim. J’avais dit aux responsables du Pds que nous devrions être unis, gagner les élections législatives et voter une loi d’amnistie en faveur de Karim Wade. Mais au lieu de cela, on est dans la diversion. Ce qui est grave pour le Pds.

Pourquoi êtes-vous donc la cible de Karim Wade comme vous dites ?

Karim Wade est derrière tout ça. Ils ont peur de moi. Ils savent que j’ai le système entre mes mains. Je suis l’épine dorsale. C’est moi qui tiens les rênes du parti. Je contrôle les responsables au niveau des départements et au niveau des communes. Comme c’est une course pour l’héritage du parti, ils ont peur que je récupère le Pds.

Vous êtes illégalement exclu, dites-vous ? Allez-vous faire un recours ?

Je ne ferai aucun recours. Je sais qu’ils voulaient m’exclure depuis. Même si tout s’est passé de manière anormale, je n’ai pas besoin de faire un recours. Ils savent que je connais le parti, je connais les procédures. Donc personne ne peut m’exclure par la voie normale. Je sais que si je les amenais devant les tribunaux, j’aurais obtenu gain de cause, mais ça n’en vaut pas la peine.
Maintenant, je viens d’être exclu, je vais réfléchir. Mais ce que je peux d’ores et déjà dire, c’est que je suis de l’opposition. Je me suis battu pour l’héritage d’Abdoulaye Wade. Je ne serai donc pas hors de cet héritage là. Je vais continuer de perpétuer l’œuvre du Président Abdoulaye Wade.

Vous n’envisagez donc pas de rejoindre le Président Macky Sall ?

Je n’ai jamais envisagé de rejoindre Macky Sall et je ne le ferai pas. Macky Sall le sait. Il n’a jamais tenté de venir vers moi. Il connait ma position. Je l’ai beaucoup aidé à se rapprocher de Me Abdoulaye Wade quand il a été exclu par Idrissa Seck qui avait donné des directives pour qu’il n’entre pas dans le palais. J’ai aussi beaucoup fait pour son entourage. Que ce soit le ministre de l’Intérieur actuel (Abdoulaye Daouda Diallo : Ndlr). C’est Mame Madior Boye qui me l’avait confié et je l’ai nommé Daf (Directeur administratif et financier : Ndlr) à Dakar Dem Dikk. Il y a aussi Cheikh Kanté du Port qui est passé par moi et Moustapha Cissé Lô. Si je l’avais voulu, j’aurais depuis longtemps eu des contacts avec eux. Mais je n’ai voulu avoir de contact avec personne. J’ai une ligne de conduite et ma dignité ne me permet pas d’être en collusion avec l’adversaire ou de faire des bassesses. Ma ligne est bien tracée, c’est la ligne wadiste. Je sais qu’Abdoulaye Wade est en dehors de mon exclusion parce qu’avec son âge, il est manipulé par son fils et par le groupe-là (Oumar Sarr et Cie : Ndlr). Mais son œuvre est là, il est colossal. Je ne renierai jamais le Wadisme, ni l’œuvre d’Abdoulaye Wade.

Peut-on s’attendre à ce que vous créiez votre propre parti ?

Ce n’est pas encore à l’ordre du jour. Je suis en train de réfléchir. Et puis, rien se sert de multiplier les partis. Je vais réfléchir pour voir la meilleure conduite à adopter. A l’intérieur du Pds, je connais énormément de personnes avec qui j’ai partagé le passé d’Abdoulaye Wade et ils savent que l’œuvre d’Abdoulaye Wade sera perdu si elle tombe entre les mains d’Oumar Sarr et Cie. Je pense que ces gens-là prendront une décision et verront ce qu’il y a lieu de faire pour préserver l’oeuvre du président Abdoulaye Wade. Parce que c’est Abdoulaye Wade et son œuvre qui sont en péril à cause de Karim qui est aveuglé par le pouvoir et qui croit toujours qu’il a la possibilité de manipuler tout le monde alors qu’il est dans des conditions qu’il doit régler d’abord avant de vouloir se mêler de questions d’intérêt national.



Cinq saisons sans Liga, à l’échelle du grand Real, c’est une éternité, une anomalie, une (...)

Lire l'article →

Le ratio est faible : moins de 14%. À un peu plus de 2 mois des élections législatives, (...)

Lire l'article →

C’est la grosse affaire en ce moment à la rue 13X8 de la Médina. Un homme présenté comme (...)

Lire l'article →

Le président américain Donald Trump s’est déclaré dimanche porteur d’un message "d’amitié, (...)

Lire l'article →

Le panafricaniste de renom, Kemi Seba, président de l’Urgences panafricanistes, présent (...)

Lire l'article →

L’analyse des 50 cas de décès maternels enregistrés à l’Hôpital régional de Kaffrine en (...)

Lire l'article →

Le Sommet islamo-arabo-américain se tient présentement à Riyad, la capitale du royaume (...)

Lire l'article →

Chassez le naturel et il revient au galop ! A Diourbel, les camarades de parti du (...)

Lire l'article →

Seydou Guèye, porte-parole du gouvernement et de l’Alliance pour la République (Apr), (...)

Lire l'article →

Le sommet arabo-islamique et américain s’ouvre ce dimanche à Riyad, capitale de l’Arabie (...)

Lire l'article →