logo
 

Sénégal
les jeunes, les oubliés de la société ?

28/07/2017

C’est l’un des thèmes clés du sommet de la Francophonie qui s’est tenu à Madagascar : « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone ». Pourquoi ce développement à deux vitesses place la jeunesse dans une position de rejet ? Réponse des jeunes à Dakar.
« Naka Affairies ? » (« Comment vont les affaires ? ») est l’une des salutations usuelles au Sénégal. En ce moment, la réponse est souvent la même : « Je suis débrouillard comme tout le monde. »
A 19 ans, Amadou se dit footballeur de profession. Son souhait que le Code du travail soit réformé pour augmenter les salaires : « Malheureusement ici, tu travailles dur et tu es mal payé. Tu travailles, mais tu ne peux rien construire avec ça. »
Autre problème pour ces jeunes, il est difficile de s’émanciper. Moussa travaille dur dans son échoppe, mais il n’a pas les moyens aujourd’hui de vivre avec sa femme. « Je suis marié, mais je ne vis pas avec ma femme. Donc, je ne suis pas heureux. Il faut changer le système », explique-t-il.
Le non-respect des travailleurs
Alphonse travaille pour un groupe étranger. Salaire : 150 euros par mois. Son problème : le non-respect des droits des travailleurs. « Nos droits ne sont pas très défendus avec les sociétés privées qui arrivent, à la fin tu finis par abandonner », peste-t-il.
L’écart avec les élites frustre la jeunesse à Dakar. « Nos ministres touchent trois millions, 3,5 millions [environ 5 300 euros ; NDLR], alors qu’il y a des jeunes qui n’ont même pas 38 000 francs CFA par mois [environ 57 euros, NDLR]. C’est pour cela que notre pays ne peut pas marcher », analyse Khalifa.
Lors d’un sommet sur la sécurité en début d‘année, pour évoquer cette jeunesse qui galère, le président sénégalais Macky Sall avait parlé d’une « bombe sociale ». Si toutes les élites font le même constat, au final, peu de solutions concrètes sont aujourd’hui proposées.



Le Conseil constitutionnel, réuni hier, mercredi 26 juillet, a accédé à la demande du (...)

Lire l'article →

Barthélémy Dias soutient que si le chef de l’Etat ne parvient pas à organiser des (...)

Lire l'article →

Elle a cassé internet. Au mois de juin 2017, une vidéo montrant une fillette à très bas (...)

Lire l'article →

Suite à la publication dans les réseaux sociaux d’un enregistrement lui attribuant des (...)

Lire l'article →

Encore une grosse affaire. Dans un enregistrement sonore datant du mois de février (...)

Lire l'article →

Les personnes arrêtées, mardi, lors de la marche initiée par Abdoulaye Wade pour exiger (...)

Lire l'article →

Mahammad Dionne refuse de débattre avec Abdoulaye Wade. En campagne à Mbour, la tête de (...)

Lire l'article →

La mission d’observation électorale de la Commission de l’Union africaine (Cua) a (...)

Lire l'article →

Un drame s’est produit, hier, à la Cité Aline Sitoé Diatta (ex Claudel). Une étudiante, (...)

Lire l'article →

Les responsables politiques de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) du département de (...)

Lire l'article →

Khalifa Sall ne sait s’il ira voter. Le maire de Dakar qui a adressé une lettre au (...)

Lire l'article →

Libération révèle que jusqu’à hier, Abdoulaye Wade et son épouse, Viviane Vert, n’ont (...)

Lire l'article →