logo
 

Les avocats de Karim Wade démentent :
Les déclarations faites à la presse par les représentants de l’État du Sénégal ne procèdent que d’un mensonge d’État"

05/12/2016

Les Avocats de Karim WADE informent l’opinion nationale et internationale qu’ils opposent un démenti formel aux déclarations de l’Agent Judiciaire et de avocats de l’État du Sénégal sur un prétendu recouvrement, par le Trésor public sénégalais d’une somme de 27 millions d’euros (18 milliards de francs CFA) concernant Karim WADE.
Comme l’avait fait la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour motiver la condamnation de Karim WADE, les représentants de l’État tentent de faire croire à l’opinion que celui-ci serait propriétaire de biens qui, en réalité, appartiennent à d’autres personnes qui se trouvent ainsi scandaleusement dépossédés.
Seules deux maisons du Président Abdoulaye WADE à Dakar et dont la propriété a été arbitrairement imputée à Karim WADE (400 millions de francs CFA soit 600 mille euros) et des véhicules (125 millions de francs CFA soit 188 mille euros) ont été frauduleusement soustraits à la famille WADE par l’État du Sénégal, qui s’apprête à les revendre.
Les 6 appartements et une société AHS de Monsieur Bibo BOURGI, une société ABS appartenant à Alioune Samba DIASSE ont été de même frauduleusement nationalisés par l’État du Sénégal.
Monsieur Bibo BOURGI traine actuellement l’État du Sénégal devant le tribunal arbitral de la Banque Mondiale pour revendiquer ses biens ainsi que des dommages et intérêts.
Les réponses monégasques, françaises et luxembourgeoises aux commissions rogatoires internationales ont clairement établi qu’il n’y avait aucune relation financière, juridique ou économique entre M. Karim WADE et M. Bibo BOURGI et M. Alioune Samba DIASSE.
Les déclarations faites à la presse par les représentants de l’État du Sénégal ne procèdent que d’un mensonge d’État, d’un complot et d’une machination récurrente depuis 3 ans et destinés à une manipulation de l’opinion et à discréditer un candidat à la prochaine élection présidentielle, arbitrairement détenu par les autorités sénégalaises comme l’ont solennellement affirmé les Nations Unies. Celles-ci ont constaté que Karim WADE avait été condamné sans avoir pu bénéficier d’un procès équitable et ont demandé au Gouvernement du Sénégal de mettre fin à da détention.
Les avocats exigent sa libération immédiate et la réparation intégrale de son préjudice conformément aux décisions des Nations Unies d’avril et décembre 2015.

Dakar, le 10 mars 2016

Les Avocats de Karim WADE



La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →

Le député Moustapha Cissé Lô recommande une commission d’enquête parlementaire « pour (...)

Lire l'article →

La Tunisie, candidate à l’organisation du prochain sommet de la Francophonie en 2018, (...)

Lire l'article →

Les éleveurs du Sénégal avaient pris l’engagement de payer la caution de Macky Sall pour (...)

Lire l'article →

Le débat sur le franc Cfa et la nécessité de création d’une monnaie sous régionale propre, (...)

Lire l'article →

En Côte d’Ivoire, quinze jours après sa suspension le procès de Simone Gbagbo va (...)

Lire l'article →

Un conseil interministériel sur le démarrage de la campagne de commercialisation de (...)

Lire l'article →

C’est l’un des thèmes clés du sommet de la Francophonie qui s’est tenu à Madagascar : « (...)

Lire l'article →