logo
 

Il faut supprimer les bourses à l’université (par Mamadou Sy Tounkara)
Le système universitaire de notre pays est...

09/12/2016

Le système universitaire de notre pays est globalement un échec que l’on peut constater sur quatre points.

En premier lieu, nous avons le cadre. Les amphithéâtres et les salles de cours de nos universités sont d’une autre époque. Aucune université moderne ne présente cet aspect repoussant de nos campus sociaux.

En deuxième position, vient la motivation des enseignants qui est au plus bas. Ils sont souvent en mouvement de grève pour des revendications de tous ordres, bien légitimes.

Le contenu des enseignements vient au troisième rang. Il est obsolète, écarté des réalités du monde réel de la production de biens et services. Cela induit la quatrième cause : la plupart des diplômés de l’université publique ne trouvent pas d’emplois.

Un système universitaire qui n’évolue pas dans un cadre propice, dont les enseignants ne sont pas motivés, dont les contenus ne sont pas adaptés au monde réel et dont les diplômés sont au chômage est un échec patent.

Au banc des accusés, figure la bourse universitaire. Elle engloutit des centaines de milliards inutilement. L’étudiant de premier ou deuxième cycle qui reçoit une bourse entière de 36.000 FCFA ou une demie bourse de 18.000 FCFA mensuels est précarisé d’office. Tout comme celui de troisième cycle avec ses 60.000 FCFA. Aucun étudiant ne peut se payer le moindre petit manuel avec ces sommes dérisoires qui servent à vivoter (une partie sert même à soutenir la famille). Dakar est bien la dixième ville la plus chère d’Afrique et la quarantième du classement mondial.

Tant que le système des bourses existera, il n’y aura jamais d’argent pour financer un cadre décent, des enseignants motivés, des contenus pertinents qui assurent des débouchés immédiats. L’Etat n’en a pas les moyens et le principe est que ce sont les usagers qui doivent financer le système. Dans les meilleures universités au monde, les étudiants paient et ne sont pas payés ; ils supportent des frais conséquents qui leur garantissent le cadre, les enseignants motivés et les contenus adaptés.

Il faut, purement et simplement, supprimer les bourses universitaires qui sont budgétivores et appauvrissantes. A la place, il faut mettre un système de crédit : un prêt de trois millions FCFA est accordé à chaque étudiant par année dont un million servira aux frais d’études pour financer le système universitaire dans son cadre, la motivation des enseignants et la mise à jour des enseignements. L’étudiant reçoit 200.000 FCFA par mois pendant dix mois pour étudier en toute sérénité. A la fin de ses études, l’étudiant a un délai de dix ans pour rembourser.

L’actuel système universitaire hérité de la colonisation française est archaïque et contre-productive. Un système universitaire performant a besoin de financement en permanence pour être à jour constamment. Le système des bourses tue l’université. Il est temps d’y mettre fin sans délai pour donner une vie autre à notre université.



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →