logo
 

Le PS dans Benno Bokk YaaKar, ce « Yobaléma » qui nous honore !

18/10/2017

Maintenant que les élections sont passées, nous devons comprendre les raisons du choix de chacun. La question qu’il faut se poser est : POURQUOI ?
Pourquoi nous étions à 47 listes ? C’est parce que les uns veulent leur minute de gloire. D’autres veulent être chef à tout prix, tandis qu’une partie se croit meilleure, plus intelligente et plus intègre que tous. Au même moment, certains pensent avoir le monopole de la vérité, de la justice et du cœur pour la patrie. Voilà les acteurs de la scène politique Sénégalaise. Voilà les raisons qui expliquent notre échec collectif. Voilà les spécimens auxquels la jeunesse doit faire face. Voilà les leaders à éviter, les toxines de la république à éliminer.
Pourquoi le Secrétaire Général OUSMANE TANOR DIENG, qui fixe la ligne du parti et la soumet aux instances, a opté pour BENNO ? A cette question, je donnerai mon avis à la fin de cet article. D’abord commençons par quelques personnalités.
Pourquoi KHALIFA SALL s’est allié à IDRISSA SECK qui avait trahi le PS en 2007, alors que nous étions en train de former une coalition au tour d’OUSMANE TANOR DIENG ? Parce qu’on l’a induit en erreur. On lui a fait croire qu’il serait meilleur sans le Parti Socialiste. Qu’il est plus fort sans ses camarades d’hier qui ont renoncé pour qu’il devienne ce qu’il est : responsable des jeunes socialistes, ancien ministre, maire de Dakar. Une pensée pour DOUDOU ISSA NIASSE à qui l’investiture revenait de droit en 2009 et qui a été sacrifié pour permettre à un jeune prometteur, d’être maire de la capitale. La modestie est la première qualité d’un leader, le rassemblement son arme. Il ne doit jamais être à l’origine d’une rupture avec ceux qui l’ont construit.
Pourquoi AISSATA TALL SALL était seule aux législatives ? Parce qu’elle a préféré son honneur à une alliance avec le Diable. Parce qu’elle n’a pas su prendre sur elle, pour revenir au PS et demander à être investie, après avoir déserté les instances pendant trois ans. La république doit être placée au-dessus des égos.
Pourquoi BARTHÉLÉMY DIAS, qui chantait OUSMANE TANOR DIENG s’est retourné contre lui, à chanter ABDOULAYE WADE qu’il avait traité de tous les noms ? Pourquoi est-il devenu brusquement le bras droit du maire de Dakar ? C’est parce que légalement il ne pouvait pas être investi député. Etant obsédé par un deuxième mandat, il a commis l’irréparable. Il a trahi SENGHOR. Il a retourné sa veste. Il en est ainsi pour AMINATA DIALLO. Tous les deux étaient députés parce que les règles du parti l’exigent. Etant dans l’obligation de céder leur place aux responsables du MNJS et des jeunesses féminines, ils ont tenté leur chance ailleurs. Ils ont perdu leur honneur, leur dignité et leur rang au PS. En politique, l’inconstance est la mère de tous les vices. Celui qui trahi un homme pour son intérêt personnel, trahira son peuple.
Pourquoi OUSMANE TANOR DIENG a impulsé une dynamique avec BENNO BOOK YAAKAR ? Parce qu’il est lucide. Parce qu’il est conscient que la stabilité du Sénégal est une priorité du Parti Socialiste depuis SENGHOR. Parce qu’il sait que sans notre parti, le mandat de MACKY SALL serait un retour en arrière de 70 ans. Parce que comme SEDAR, il a préféré renoncer pour le bien du Sénégal. Parce qu’il sait que le destin du PS et celui de l’APR sont liés par l’histoire. Son seul tort est de n’avoir pas pris le temps d’expliquer sa vision.
Le parti Socialiste n’a pas renoncé à conquérir le pouvoir. Il a adopté la meilleure stratégie. Sans nous l’APR n’ira nulle part, elle mourra dans quelques années. Sans l’APR, le PS serait disparu, asphyxié par ses ennemis et ceux qui l’avaient trahi.
Si notre coalition éclate, nos deux partis perdront les élections en 2019. Il suffit d’interroger l’histoire pour comprendre. En 1998, DIOUF avait gagné les législatives avec plus de 50%. En 2000, il a été battu. Cela était arrivé parce que NIASSE qui était avec lui, était candidat, puis avait refusé de le soutenir au second tour. Tous les deux étaient perdants. Le même schéma peut se reproduire en 2019. Il suffirait d’avoir un taux de participation de 65%. Par conséquent, l’APR et le PS ont intérêt à devenir des alliés systématiques. Ils ne doivent jamais être opposants car le Sénégal y perdra. Evidemment chacun peut avoir son candidat au premier tour. Mais cette coalition doit être préservée pour le second. Même si elle n’est pas parfaite, elle nous garantit l’essentiel : la paix, la stabilité et l’avancée démocratique de notre patrie.
Evidemment beaucoup de socialistes ne sont pas satisfaits de BENNO BOOK YAAKAR. Leur colère est justifiée. Pour preuve, une bonne partie de l’électorat fidèle au PS ne s’est pas mobilisé. La raison est qu’elle se sente lésée dans le compagnonnage. Le sentiment est le même : nous menons toujours campagne ensemble, mais l’APR gouverne seul. Pourtant, l’efficacité d’un gouvernement, d’une administration repose sur la diversité de ses membres. Les compétences socialistes doivent être mises en contribution pour un Sénégal meilleur. Cette injustice doit être corrigée immédiatement.
Le parti Socialiste a une grande ambition pour le Sénégal. Le président OUSMANE TANOR DIENG travaille pour cela. Ayons foi en sa ligne dont les législatives nous ont démontré sa pertinence. Aussi, l’heure n’est pas à la purge ni au règlement de compte. Tous les socialistes doivent se retrouver, se pardonner et se mettre au travail. C’est encore plus vrai pour les jeunes dont les retrouvailles sont d’une nécessité absolue.
Quoi qu’il advienne, c’est le Sénégal d’abord, l’héritage de SENGHOR après, les intérêts personnels en dernière position.

MALICK FAYE (LIKO)
Responsable communication Parti Socialiste France
Secrétaire Général des Jeunes Socialistes d’Europe
Responsable « pole organisation et déploiement » du directoire de campagne législatives BBY France 2017

Auteur : seneweb



Les morgues des plus grands hôpitaux de Dakar sont devenues les espaces les plus (...)

Lire l'article →

Installé depuis hier à la tête de la Caisse de Dépôts et de Consignations, Aliou Sall a (...)

Lire l'article →

Me Ciré Clédor Ly a vivement déploré le verdict rendu, ce jeudi, par la Cour suprême dans (...)

Lire l'article →

On a frôlé l’irréparable hier soir dans la grande mosquée de Touba où des membres du (...)

Lire l'article →

Ledakarois a appris de bonnes sources la disparition, dans la nuit du jeudi à (...)

Lire l'article →

La nomination de Aly Ngouille Ndiaye en remplacement de Abdoulaye Daouda Diallo (...)

Lire l'article →

Le maire de Guédiawaye, Aliou Sall, a remis ça. Fraîchement nommé directeur général de la (...)

Lire l'article →

Il y a un an, jour pour jour, une mutinerie éclatait à la prison de Rebeuss. Le bilan (...)

Lire l'article →

Youssou Touré reste à la tête du Réseau des enseignants de l’Apr. Ce, malgré la vague de (...)

Lire l'article →

Pape Konaté, président de la Cellule de la collectivité mandingue du quartier de (...)

Lire l'article →

Accusés d’avoir volé 23 millions de francs Cfa à la régie de paiement des bourses des (...)

Lire l'article →

La prise de contrôle de l’Assemblée nationale par la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY, (...)

Lire l'article →