logo
 

La vérité sur le Protocole de Doha

10/12/2016

Il existe bel et bien. Dans son édition du 27 septembre, Jeune Afrique, repris par Rewmi, est largement revenu sur la libération de Karim Wade par une grâce présidentielle. L’hebdomadaire certifie que, selon des sources claires, non seulement c’est le Qatar qui a négocié l’exil, mais que l’ancien ministre aurait accepté pour pouvoir bénéficier d’une amnistie.

Selon les investigations de JA, « Depuis mi-avril, le Qatar – où Karim Wade a ses entrées de longue date – avait entrepris une médiation à Dakar en faveur d’une grâce présidentielle, proposant que l’intéressé vienne se ressourcer un temps à Doha, au lendemain de sa libération, afin de ne pas provoquer d’agitation intempestive au Sénégal. La proposition a reçu l’aval des deux parties ».

C’est pourquoi, explique l’hebdo, « Le 22 juin, la présidence a prévenu Doha que la grâce était imminente, témoigne une source qui a suivi le processus. Aussitôt, le procureur général de l’émirat a été dépêché à Dakar en avion spécial ». La preuve, selon JA, « Le 23 juin vers midi, ce dernier était reçu en audience par Macky Sall pour caler les derniers détails de la libération ». D’où, la présence du Procureur de Qatar à la libération de Dakar.

D’ailleurs, souligne JA, une source bien au fait du dossier s’est offusquée lorsque l’Etat avait soutenu qu’il n’y avait pas de compromis à la libération de Karim Wade en ses termes : « Pas de contrepartie ? C’est archifaux ! On lui a demandé de partir en exil et d’éviter de faire de sa libération un jubilé ».

Pour JA, si Karim Wade a accepté cette manière aussi cavalière de sortir de prison c’est qu’il espère l’amnistie. Car, selon un émissaire officieux de la Présidence cité par l’hebdo, « Karim s’est montré très conciliant tout au long du processus, il n’a pas cherché à placer la barre trop haut ».

C’est pourquoi il aurait dit à ses proches qu’il ne saurait « imposer à Macky Sall une amnistie de but en blanc ».

Le site de l’Hebdo cite un intermédiaire entre le Palais et la prison de Rebeuss pour qui « la grâce est une première étape ». Même si Ja, ne le nomme pas ainsi, un protocole « invisible » existe bel et bien entre Dakar et Doha pour la libération de l’ancien ministre.



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →