logo
 

INSTRUCTION DE LA PLAINTE DE KARIM WADE
La boîte de Pandore ouverte en France

11/12/2016

L’instruction de la plainte contre X, déposée par les avocats de Karim Wade auprès du tribunal de grande instance de Paris, a officiellement démarré. Selon les informations de Libération, ils ont payé la caution de...50 euros qui avait été fixée par le juge après avoir déclaré la plainte recevable.
Le magistrat devrait, dans les prochains jours, convoquer la partie civile, en l’occurrence les conseils de Karim Wade, pour confirmer les thermes de la plainte avant de poser d’autres actes pouvant contribuer à la manifestation de la vérité.
Comme nous le révélions, au-delà de ses conseils sénégalais, Karim Wade a décroché trois ténors du barreau français pour blinder sa défense. Il s’agit de Jean-Marc Fedida, de Michel Boyon et de Françoise Fabiani-Braibant.
Mais le plus grand souci des dirigeants actuels réside dans la plainte en tant que telle. Si les avocats de l’ancien ministre d’Etat ont visé X, il n’en demeure pas moins qu’ils ont suggéré que X pourrait s’identifier aux « dépositaires de l’autorité publique, à savoir magistrats, fonctionnaires et tous ceux qui, de près ou de loin, n’ont rien fait pour mettre un terme à cette détention arbitraire. »
Or, il se trouve que le magistrat, qui a béni la plainte, est connu pour être un grand « perturbateur ».
Son nom : Sabine Kheris, dont l’évocation du nom peut causer des cauchemars à bien des dirigeants de la France jusqu’en Côte d’Ivoire en passant par le Maroc. En effet, elle n’avait pas hésité, suite d’une plainte déposée par Michelle Gbagbo, à lancer un mandat d’amener contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro. L’affaire avait crée des frictions entre Paris et Abidjan. Malgré tout, Soro, qui était recherché alors qu’il se trouvait en France, avait dû accepter d’être mise en examen pour que la juge annule le mandat d’amener. On comprend aujourd’hui que Sabine Kheris a convoqué, dans le cadre de cette même procédure, plusieurs responsables militaires ivoiriens.
Et pourtant, cette affaire n’est que la face visible, sous nos tropiques, des faits d’armes de ce juge intraitable.
C’est aussi Sabine Kheris avait mis en examen Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire dite des faux sondages de l’Elysée. Tout récemment, la magistrate a pris une ordonnance renvoyant Dominique de Villepin, Michèle Alliot-Marie et Michel Barnier - tous des anciens ministres - devant la Cour de Justice en clôturant une information judiciaire relative au bombardement de Bouaké.
Elle a causé bien des insomnies au royaume du Maroc. Dans le cadre d’une plainte pour torture, elle avait requis des policiers pour cueillir le patron des renseignements du Maroc, Abdellatif hammouchi, alors que ce dernier était à Paris. L’affaire avait mis le feu sur les relations entre la France et le Maroc. Sabine Kheris a aussi piloté les dossiers Bettencourt et Karachi, entre autres.



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →