logo
 

Mamadou Diop Decroix,
« L’opposition est prête à s’opposer physiquement, quitte à... »

25/09/2017

Les tiraillements pour la formation du groupe parlementaire de l’opposition au sein de l’Assemblée nationale ont fait les principaux sujets de ce face-à-face entre les journalistes et le front de l’opposition ce 22 octobre 2015 au siège de Rewmi à Diamalaye.
Selon Mamadou Diop Decroix, le secrétaire général du Parti africain pour la démocratie et le socialisme (AJ/PADS) l’opposition prend a témoin le peuple sénégalais et réaffirme sa volonté de lutter pour le rétablissement de l’Etat de droit, pour la reconnaissance du groupe parlementaire des libéraux et démocrates. « Si la loi est violée, l’opposition est prête à s’opposer physiquement.
Notre désir le plus profond aurait été de voir nos adversaires et nous-mêmes respecter la loi. Puisque les communautés humaines, ce qui garantit la stabilité et la continuité, c’est le respect des règles communes. Comme le dit le texte liminaire, ce pays fait partie des quatre ou cinq pays du continent sur les 54 Etats à n’avoir jamais connu de changement de régime anticonstitutionnel. Pourquoi ? Parce que les générations successives ont réussi, à chaque fois que ce pays a failli basculer, à se parler et remettre les choses sur les rails », a-t-il déclaré.
« Le pouvoir actuel qui était dans l’opposition à l’époque a occupé la place Soweto. Et le pouvoir de l’époque n’a pas envoyé la troupe. Il a écouté et le président a dit « puisqu’il en est ainsi je retire le projet » et le pays a su sauvegarder la paix.
Aujourd’hui on nous dit, "nous faisons ce que nous voulons". On viole la loi. C’est la culture du viol de la loi. L’opposition ne peut plus manifester dans la rue. Nous nous opposerons à cela. Nous opposerons à cela à l’Assemblée nationale. Et nous nous opposerons à cela dans la rue. Nous occuperons la place Soweto. C’est au régime de prendre ses responsabilités et de bien respecter la loi. Nous sommes prêts. Si les députés doivent aller en prison, ils iront en prison. S’ils doivent mourir ils mourront. S’ils doivent aller à l’hôpital, ils iront à l’hôpital », a mis en garde Mamadou Diop Decroix.
seneweb



Nommé mercredi dernier à la tête de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc), Aliou (...)

Lire l'article →

Selon un rapport confidentiel de l’Agence mondiale antidopage (AMA) révélé mercredi par (...)

Lire l'article →

Il l’avait dit, il l’a fait. Un candidat au bac, qui avait menacé de se donner la mort (...)

Lire l'article →

La procédure en référés initiée par l’État pour demander que la fondation Maarif soit (...)

Lire l'article →

La ministre Khoudia Mbaye serait-elle en sursis ? Devrait-elle quitter la Ld pour (...)

Lire l'article →

Une mort bien trop cruelle pour Salif Thiaw. Marié et père dune fillette, l’agent de (...)

Lire l'article →

Que les populations de Niafrom, dans le département de Bignona, se rassurent ! (...)

Lire l'article →

En campagne pour sa réélection, Karamba Diaby, premier député noir d’Allemagne élu dans (...)

Lire l'article →

L’affaire du Lamantin Beach est au menu de la Cour d’appel de Saint-Louis ce mardi. (...)

Lire l'article →

Alors que la présidentielle doit se dérouler en octobre 2018, le nom du natif du (...)

Lire l'article →

La Grande mosquée de Léona de Kaolack est fermée au public depuis vendredi. Les prières (...)

Lire l'article →

En lui offrant un rein, Nawel a permis à son mari Boubaker d’en finir avec 16 ans de (...)

Lire l'article →