logo
 

L’Hôpital général de Grand-Yoff (HOGGY), en prélude à la Journée internationale contre la fistule obstétricale qui sera célébré le 23 Mai

27/07/2017

Ce mercredi, une conférence avec les représentants des médias. Cette rencontre a été aussi une occasion de situer cette maladie au Sénégal

La mortalité maternelle constitue la plus grave menace qui pèse actuellement sur les femmes au Sénégal. Elle demeure encore très élevée malgré les efforts consentis par l’État et les partenaires. Cette forte mortalité est causée notamment par un recours très faible aux services de santé maternelle. Pour une femme qui meurt des suites d’une grossesse ou d’un accouchement, 30 parmi cette couche contactent des maladies telles que les fistules obstétricales. L’incidence de cette maladie est estimée à 400 nouveaux cas par an au Sénégal. Pour Andréa Diagne, représentante de l’UNFPA, « la fistule obstétricale n’est pas une maladie, mais une injustice sociale qui découle de la pauvreté ». Elle a fait savoir également que chaque dans le monde 800 000 femmes meurent à cause des fistules. Là où au Sénégal quatre femmes meurent par jour soit une femme toutes les six heures et 1 460 toute l’année. « Cette tragédie n’est irréversible elle peut se soigner », a déclaré Andréa Diagne. Elle s’exprimait hier lors d’une conférence de presse tenue à la Salle de conférence de l’Hôpital général de Grand-Yoff (HOGGY), en prélude à la Journée internationale contre la fistule obstétricale qui sera célébrée le 23 mai 2016, dans cet établissement. Le thème retenu pour cette édition est axé sur : « Éliminer les fistules dans l’espace d’une génération ». La fistule obstétricale est souvent le résultat d’un accouchement difficile et survient après un accouchement prolongé sans assistance ni intervention médicale appropriée. Au moins 2 millions de jeunes filles et de femmes sont touchées par la fistule obstétricale à travers le monde et parmi elles, 80 % vivent dans les pays sous développés, causant même un problème de santé publique. Selon Dr Sény Kanté Diop, de la Direction de la Survie de la reproduction de la santé de l’enfant (DSRSE), 413 cas sont traités entre 2012 et 2015 au Sénégal. Elle a souligné aussi que 400 femmes sont identifiées durant cette même année et que 29 600 personnes et 420 villages sont touchés par la sensibilisation. Pour palier à cela, dira-t-elle : « l’État en collaboration avec ses partenaires a entrepris des actions et stratégies visant à éradiquer la fistule obstétricale qui n’est rien d’autre qu’une communication anormale entre les voies génitales et celles urinaires et ou les voies digestives. Et qu’une campagne d’élimination de cette maladie est lancée. Dr Sény Kanté Diop a fait savoir également que les principaux facteurs qui occasionnent cette maladie sont les grossesses précoces, les mutilations génitales féminines, l’accès limité aux structures de santé, entre autres.

Pour Khadydiétou Sarr Kébé, directrice de L’HOGGY, « le choix de notre établissement de santé pour abriter la Journée internationale contre la fistule obstétricale ne fait que nous revigorer ».

Ngonesaliou Diop ledakarois. Net



La mission d’observation électorale de la Commission de l’Union africaine (Cua) a (...)

Lire l'article →

Un drame s’est produit, hier, à la Cité Aline Sitoé Diatta (ex Claudel). Une étudiante, (...)

Lire l'article →

Les responsables politiques de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) du département de (...)

Lire l'article →

Khalifa Sall ne sait s’il ira voter. Le maire de Dakar qui a adressé une lettre au (...)

Lire l'article →

Libération révèle que jusqu’à hier, Abdoulaye Wade et son épouse, Viviane Vert, n’ont (...)

Lire l'article →

Les salaires des agents de la Fonction publique seront disponibles ce mercredi tout (...)

Lire l'article →

Face à la presse, hier, pour faire le point sur la distribution, le Directeur (...)

Lire l'article →

Le maire de Mermoz-Sacré Cœur s’est déplacé, hier, chez l’ancien président de la (...)

Lire l'article →

La communauté Sénégalaise établie en Italie plus précisément à Bergamo vogue dans (...)

Lire l'article →

Ne confondons pas carte d’identité nationale et un document d’identification. La carte (...)

Lire l'article →

En cette veille d’élection, marquée par des tensions aux quatre coins du pays, le (...)

Lire l'article →

Malgré sa marche avortée, Abdoulaye Wade garde son calme, son sourire et, surtout, sa (...)

Lire l'article →