logo
 

L’hommage de Serigne Mboup à Lamine Niang

23/01/2017

À la rencontre annuelle de l’Association des sortants de l’Institut Islamique Cheikh Ahmadou Sakhir Lô de Koki, tenue ce dimanche 07 août 2016 à Koki, Serigne Mboup, président de l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias) a rendu un vibrant hommage à Mamadou Lamine Niang. Lequel assurait, la présidence de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), décédé le 1er août dernier en France.

L’homme d’affaires de présenter ses condoléances à toute sa famille biologique, ainsi qu’à sa famille professionnelle « qui a toujours été les Chambres de commerce dont il était même un emblème, car, on ne peut pas parler des chambres sans parler de Lamine Niang. Il fait partie des pionniers en la matière. Au nom de tous les présidents et des élus, nous présentons nos sincères condoléances au peuple sénégalais en général et à la chambre de commerce de Dakar en particulier », a souligné Serigne Mboup à l’endroit de celui qui fut son prédécesseur à la tête de ladite union.

Serigne Mboup dit craindre par ailleurs que ce décès soit instrumentalisé par une frange du patronat qui, de son point de vue, a évoqué la question de la réforme des chambres consulaires dans des circonstances inopportunes.

« Nous avons perdu un des nôtres et ce n’était ni le lieu ni le moment de lui faire endosser des réformes qui, malheureusement, ne le concernent plus. Il aurait été plus sage de prier pour lui, de faire des témoignages élogieux à son endroit sur sa générosité, son sens de l’honneur et sa dimension spirituelle qui avait fait de lui un fervent talibé de Serigne Saliou Mbacké.

Pour ce qui est des réformes, il regrette le fait qu’aucune des chambres de commerce ne soit encore informée ni saisie officiellement sur ces réformes. “Je m’étonne que l’on finalise sans concertations avec les vrais acteurs qui sont sur toute l’étendue du territoire national. Ce n’était pas le lieu ni le moment. C’est un manque de respect à l’endroit du secteur privé et aussi du gouvernement notamment, le ministre du Commerce, et du parlement sénégalais qui ont le dernier mot pour l’abrogation des lois”, indique-t-il.



03/01/2017

Chrono J-12

Au rythme où vont les choses en Gambie, les Etats-Unis craignent le chaos. En effet, (...)

Lire l'article →

Préserver le droit à l’éducation des 4 mille élèves gambiens refugiés dans la région du (...)

Lire l'article →

Le secteur privé sénégalais ne rayonne pas. Il est composé à 90% de PME, qui ne (...)

Lire l'article →

Une partie du personnel du défunt journal Le Populaire a déposé une plainte contre Bara (...)

Lire l'article →

Quatre personnes étaient présentes, ce lundi 16 janvier 2017, sur les lieux de (...)

Lire l'article →

Le célèbre homme d’affaire nigérien, Ali Dangote, va lancer, à Lagos, d’une usine de (...)

Lire l'article →

Le Sénégal et la Mauritanie produiront du gaz en 2021 à partir d’un gisement qui se situe (...)

Lire l'article →

Les circonstances de la libération de Karim Wade intriguent ses proches et membres du (...)

Lire l'article →

Depuis dimanche dernier, le drapeau de la Guinée flotte sur le village de Diaka, près (...)

Lire l'article →

i le Sénégal a battu (2-0) la Tunisie, ce dimanche, c’est grâce à deux buts de Sadio Mané (...)

Lire l'article →

Face aux médiateurs de la Cedeao, Yahya Jammeh a déliré pendant deux heures de temps (...)

Lire l'article →

Adama Barrow est en deuil. Il vient de perdre son garçon de 8 ans. L’information, qui (...)

Lire l'article →