logo
 

Un Fokker accidenté dans un brouillard de mystères
L’atterrissage forcé du Fokker de l’armée...

10/12/2016

L’atterrissage forcé du Fokker de l’armée sénégalaise dans un champ de patates bordé par des arbres, a soulevé, non pas un nuage de poussière, mais un geyser d’interrogations. Jusque-là, c’est un communiqué tronqué de la Direction des Relations Publiques des Armées (DIRPA) qui tient lieu d’enquête.
D’abord, un premier paquet de questions alimentent une controverse autour de la vétusté de l’appareil et de sa navigabilité garantie. Sans trancher le débat, il convient de prendre en compte la voix autorisée du Général d’aviation Mamadou Mansour Seck (saint-cyrien, pilote et ancien CEMGA) qui avait réceptionné puis longtemps piloté le Fokker, aujourd’hui, abîmé à Koussana, dans la région administrative de Kayes, au Mali.

Le second volet de la controverse concerne les avertissements qui auraient été adressés à la hiérarchie par le Commandant Manga et les réserves émises par le même officier aux commandes du Fokker lors de cet ultime et dramatique vol.Une controverse technique qui s’additionne aux mystérieuses raisons de la présence de l’avion militaire dans cette partie du territoire malien.

En effet, le Fokker ne revenait ni de Gao ni de Kidal où stationnent des Diambars intégrés à la MINUSMA, encore moins de Bamako. L’appareil a décollé de Nioro du Sahel, un cercle (équivalent d’une préfecture de brousse) situé à la frontière mauritanienne de la région de Kayes. Nioro est la vile natale de l’homme d’affaires malien établi au Gabon (le sieur Seydou Kane), un ami du ministre-conseiller Mamadou Sally Sall. Ce dernier figurait du reste parmi les passagers.

Que fait un avion militaire sénégalais dans cette province déshéritée du Mali, mais truffée de marabouts ? C’est, en effet, la zone la plus peuplée de marabouts et de chérifs au mètre carré. Le plus emblématique et le plus redouté étant le Chérif Mohamed Ould Cheikné Aïdara, le petit-fils et héritier du célèbre Cheikh Ramallah, déporté par les colons à Toulouse. Une mission mystérieuse qui n’a rien à voir avec le transport habituel et normal des soldats blessés en Casamance...



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →