logo
 

IDRISSA SECK : UN CONSTAT VRAI DE L’INCURIE DU REGIME MACKYEN

09/12/2016

Qu’est ce que les sénégalais attendaient de Macky ?
Cette question à priori simple est bien à l’ordre du jour, au vu de la situation dans laquelle nous nous trouvons, quatre ans après son arrivée au pouvoir, et qu’IDY campe à travers une lettre où l’indignation d’un citoyen qui aime son pays chahuté se la dispute au mépris envers un homme sans épaisseur, ni honneur, qui en est le visage, malheureusement.

La désacralisation de la parole donnée, ou le wax waxeet de Me Wade avait valu à cet illustre personnage sa condamnation généralisée, et précipité sa chute de son perchoir présidentiel.

Macky a fait du waax waxeet, plus insidieux ou plus « ignoble » encore, pour reprendre les termes de son opposant le « plus irréductible », IDY. Non seulement il n’a jamais eu l’intention de réduire son mandat, donc il a trompé sciemment le peuple en prétendant n’exclure aucune initiative pour respecter sa parole, mais le plus grave est qu’il a finalement décidé d’entériner ses sept ans de pouvoir, après avoir réitéré partout sa volonté de respecter sa parole donnée, pendant qu’il cherchait dans le même temps le prétexte le plus pertinent pour ne pas le faire ! Donc, à chaque fois qu’il réaffirmait son engagement devant les sénégalais, il leur racontait du vent, si nous voulons appeler les choses par leur nom. C’est plus grave qu’un waax waxeet : ce n’est ni plus ni moins qu’une trahison, la rupture d’un contrat moral semblable en tous points à un parjure. Macky ne devrait plus être au pouvoir, s’il avait été conséquent avec lui-même. A tout le moins, il aurait dû démissionner et se représenter pour un second mandat.
Le cas du premier ministre anglais est parlant, en matière de respect de la parole donnée.

Nous en avions marre de l’affairisme d’Etat concentré à l’époque de Me WADE entre les mains d’un seul homme : Karim WADE.

Aujourd’hui, tout le système mackyen repose sur un affairisme d’Etat des plus éhontés, avec en conséquence un pillage systématique de nos deniers publics, à travers les marchés par entente directe communément appelés gré à gré, qui ont explosé sous le régime de Macky, atteignant par là des proportions qui renseignent à suffisance sur la mauvaise gouvernance caractéristique du régime mackyen. Ne parlons même pas des scandales non encore éventés chez Amadou BA, dont IDY nous révèle fort à propos qu’il « passe beaucoup de temps à monter des "deals" d’exonération fiscale et d’abandon de créances », au profit de qui, et pour le bénéfice de qui ?
Le népotisme éhonté dénoncé sous le régime de Me Wade était symbolisé en son temps par Karim WADE.

Avec Macky, le népotisme a atteint des niveaux insoupçonnés : déjà le nédobandouisme est une réalité que nul ne peut renier. Parcourez les journaux : tous les caciques du régime de Macky ont placé partout leurs progénitures, qui un fils, qui une fille, qui un copain qui un neveu, qui une maîtresse. Le dernier rapport de l’OFNAC sur lequel tout l’APR a crié haro est assez révélateur de la situation. Tous, jusqu’à Maréme, en passant par Oumar YOUM entre autres ont « placé des protégés » au COUD, à titre d’exemple. Dernièrement, le cas de la fille du DG de l’ADL, un prof d’EPS promu au rang d’expert chargé de booster le développement local de notre pays a été évoqué par la presse : sans vergogne, il l’aurait recrutée dans son agence, avec le statut de cadre. Et que dire du scandale Socé Diop DIONE, DG de l’Agence de construction des bâtiments et édifices publics ? Non seulement elle aurait recruté son frère Ngagne Diop et l’aurait « détaché » dans son fief de Koungheul pour superviser ses propres chantiers de construction d’un bâtiment R+2 mais même son fils rentré dernièrement de France, aurait été casé dans « son agence ». Ne parlons pas de l’amie intime de sa fille, bombardée cadre dans la boite. C’est cela, le Sénégal émergent de Macky, où l’on chante la patrie avant le parti, et le parti avant la famille !
Le plus grave dans toutes ces situations est qu’elles sont souvent le fait de personnes admises à la retraite, maintenues en poste et qui installent la terreur dans leurs directions, pour imposer le silence et assurer leurs arrières. Ainsi, chez Mme Dione, les cadres compétents qui refusent de se mettre au pas sont tous au frigo, selon l’expression consacrée. C’est le même cas qui prévalait à la Sn Hlm, où il a fallu une vigoureuse mobilisation des syndicats des personnels pour que Macky consente enfin à limoger l’ex DG, dont personne n’oublie les exploits antérieurs en sa qualité de directeur des domaines pour lesquels il avait été limogé sans ménagement par Abdoulaye Diop. Il a opéré une preste transhumance opportuniste à l’APR, pour échapper aux conséquences de ses actes particulièrement graves. Comme quoi, les dossiers sous le coude de Macky sont bien une réalité inavouable qui renseigne à suffisance sur le machiavélisme du politicien.

D’autres optent pour la stratégie de la corruption passive, chaque démembrement de la structure sous leur responsabilité recevant subrepticement « sa part » des largesses qu’ils s’arrogent indûment, au travers d’un certain nombre d’avantages indus qui font l’objet d’une entente complice sous le sceau du silence jusqu’à ce qu’ils soient débusqués par un contrôle, comme à l’IPRES. Ce ne sont ni plus ni moins que des abus de biens sociaux, et ils sont légion, perpétrés par des responsables politiques dont la seule compétence est d’avoir été promus par un Macky complice qui ferme les yeux sur leur pillage en règle des deniers publics, sûr de la force de son fameux coude, poussant le toupet jusqu’à adouber les plus irresponsables d’entre eux qui se permettent même d’éconduire une mission de contrôle de la Cour des comptes, une première, au Sénégal !

Pour ce qui est de la moralisation de la vie politique sous Macky, il faudra repasser. Avec Macky en effet, la seule attitude qui paye est d’être un injurieur public. Tous ceux qui lui font la cour et comme des rémoras suivant une baleine attendent de profiter des déchets qu’elle leur lâche, vendangent le peu d’honneur et de dignité qu’il leur reste, en se transformant en pourfendeurs de leurs bienfaiteurs et protecteurs d’hier, pour faire plaisir à leur nouveau maître d’aujourd’hui. Il n’y a plus de mesure, il n’y a plus de secret il n’y pas plus de devoir de réserve qui tiennent, s’il s’agit de plaire à Macky, en bon flatteur espérant un petit fromage de sa grassouillette autorité.

Macky a transformé toute cette classe politique avide de prébendes en une race de flagorneurs qui crient sur tout y compris sur leurs propres camarades de parti, dès lors que Macky les regardent de travers ou qu’ils se sentent suffisamment forts pour influencer le prince dans le sens de les promouvoir à leur place.

Quand le foyer de la corruption au Sénégal est le ministre des finances, IDY dixit, on doit vraiment désespérer de notre pays, et nous demander en conséquence dans quelle galère nous nous sommes embarqués, avec Macky ?
En définitive, nous avons reculé avec Macky.
Voilà un monsieur qui a copié comme IDY l’a dit, tous les pires travers de Me WADE, et n’a hérité de lui ni la vision, ni le courage ni la sagesse.
En conséquence, il va sans dire que ce sera au prix d’un combat acharné, qu’il risque de débarrasser le plancher, quand il aura constaté son échec à contrôler le pouvoir, par son jeu d’alliances inopérantes.
En effet, la même malédiction ne frappe t’elle pas tous ceux qui ont tenté de signer un compagnonnage avec lui ? Le PS est en lambeaux, l’AFP est devenu un rebut comme son président cacochyme, la gauche n’en parlons pas, ils ont perdu jusqu’à leur statut de faiseurs de rois ! Cela va sans dire que les sénégalais ont dans leur immense majorité désigné à Macky la sortie, en attendant de l’y conduire, dès la première occasion.

Cissé Kane NDAO
Président de l’A.DE.R



Modou Guèye n’oubliera pas de sitôt. Passé le bonheur de la naissance de son premier (...)

Lire l'article →

La pêche a contribué en 2015 pour 20, 8 pour cent à l’équilibre de la balance commerciale (...)

Lire l'article →

Le gouvernement a décidé de freiner la prolifération des essenceries dans la capitale. (...)

Lire l'article →

La forte affluence au niveau des commissions mises en place pour l’obtention de la (...)

Lire l'article →

Le footballeur professionnel, Cherif Ousmane Sarr, réclame 444 millions au marabout (...)

Lire l'article →

Le président Macky Sall a magnifié lundi à Yaoundé l’excellence des relations entre le (...)

Lire l'article →

L’absence de magasins de stockage et de camions frigorifiques fait perdre au secteur (...)

Lire l'article →

La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →