logo
 

Abdoulaye Tine, avocat d’Aïssatou Sow Sidibé
« Elle n’a fait aucun mal, l’histoire retiendra qu’elle a choisi la fidélité de ses convictions... »

23/01/2017

A la suite du limogeage de sa cliente, l’avocat d’Amsatou Sow Sidibé, en l’occurrence Me Abdoulaye Tine, a brisé le silence pour prendre la défense de cette denière avant de vilipender Macky Sall et son régime. Selon la robe noire, Amsatou Sow Sidibé n’a fait aucun mal, elle a plutôt choisi la fidélité de ses convictions.

Telle une traînée de poudre, la nouvelle du limogeage du Professeur Amsatou Sow Sidibé de son poste de ministre-conseiller spécial du Président de la République, a fait le tour du Sénégal. Un limogeage qui est intervenu après que le professeur de droit civil et non moins présidente du parti politique Car/Leneen a demandé au Gouvernement« de se conformer à la décision de l’avis du Groupe de travail des Nations Unies. »
En effet, quelques heures plus tard, son avocat, Me Abdoulaye Tine, a fait une sortie pour prendre la défense de sa cliente. D’emblée, il a déclaré : « Amsatou Sow Sidibé n’a rien fait de mal. L’histoire retiendra qu’elle a choisi la fidélité de ses convictions. »
D’après Me Tine, le régime actuel avait promis aux Sénégalais la restauration de l’Etat de droit. Mais, constate-t-il pour le déplorer « en lieu et place, force est de constater qu’on est en train d’assister à l’instauration d’un arbitraire étatique ».
Poursuivant son argumentaire, l’avocat a fustigé ce qu’il appelle le déni systématique de toutes les décisions internationales (Cedeao, Onu) dont l’Etat a fait preuve dans cette affaire, et ceci depuis l’arrestation de Karim Wade.
A en croire à Me Abdoulaye Tine, « depuis le début de cette affaire, nous n’avons eu de cesse d’assister de la part de l’Etat à des interprétations casuistiques voire circonstanciées de la légalité internationale c’est-à-dire variant selon les acteurs et les circonstances du moment. »
A son avis, les Sénégalais ne peuvent pas accepter ainsi un tel procédé de remise en cause des engagements internationaux du Sénégal. Il estime donc qu’ « on ne doit pas rester impassible face à une telle évolution régressive de l’Etat de droit dans notre pays. Notre devoir est de le dénoncer. »



03/01/2017

Chrono J-12

Au rythme où vont les choses en Gambie, les Etats-Unis craignent le chaos. En effet, (...)

Lire l'article →

Préserver le droit à l’éducation des 4 mille élèves gambiens refugiés dans la région du (...)

Lire l'article →

Le secteur privé sénégalais ne rayonne pas. Il est composé à 90% de PME, qui ne (...)

Lire l'article →

Une partie du personnel du défunt journal Le Populaire a déposé une plainte contre Bara (...)

Lire l'article →

Quatre personnes étaient présentes, ce lundi 16 janvier 2017, sur les lieux de (...)

Lire l'article →

Le célèbre homme d’affaire nigérien, Ali Dangote, va lancer, à Lagos, d’une usine de (...)

Lire l'article →

Le Sénégal et la Mauritanie produiront du gaz en 2021 à partir d’un gisement qui se situe (...)

Lire l'article →

Les circonstances de la libération de Karim Wade intriguent ses proches et membres du (...)

Lire l'article →

Depuis dimanche dernier, le drapeau de la Guinée flotte sur le village de Diaka, près (...)

Lire l'article →

i le Sénégal a battu (2-0) la Tunisie, ce dimanche, c’est grâce à deux buts de Sadio Mané (...)

Lire l'article →

Face aux médiateurs de la Cedeao, Yahya Jammeh a déliré pendant deux heures de temps (...)

Lire l'article →

Adama Barrow est en deuil. Il vient de perdre son garçon de 8 ans. L’information, qui (...)

Lire l'article →