logo
 

Abdoulaye Tine, avocat d’Aïssatou Sow Sidibé
« Elle n’a fait aucun mal, l’histoire retiendra qu’elle a choisi la fidélité de ses convictions... »

04/12/2016

A la suite du limogeage de sa cliente, l’avocat d’Amsatou Sow Sidibé, en l’occurrence Me Abdoulaye Tine, a brisé le silence pour prendre la défense de cette denière avant de vilipender Macky Sall et son régime. Selon la robe noire, Amsatou Sow Sidibé n’a fait aucun mal, elle a plutôt choisi la fidélité de ses convictions.

Telle une traînée de poudre, la nouvelle du limogeage du Professeur Amsatou Sow Sidibé de son poste de ministre-conseiller spécial du Président de la République, a fait le tour du Sénégal. Un limogeage qui est intervenu après que le professeur de droit civil et non moins présidente du parti politique Car/Leneen a demandé au Gouvernement« de se conformer à la décision de l’avis du Groupe de travail des Nations Unies. »
En effet, quelques heures plus tard, son avocat, Me Abdoulaye Tine, a fait une sortie pour prendre la défense de sa cliente. D’emblée, il a déclaré : « Amsatou Sow Sidibé n’a rien fait de mal. L’histoire retiendra qu’elle a choisi la fidélité de ses convictions. »
D’après Me Tine, le régime actuel avait promis aux Sénégalais la restauration de l’Etat de droit. Mais, constate-t-il pour le déplorer « en lieu et place, force est de constater qu’on est en train d’assister à l’instauration d’un arbitraire étatique ».
Poursuivant son argumentaire, l’avocat a fustigé ce qu’il appelle le déni systématique de toutes les décisions internationales (Cedeao, Onu) dont l’Etat a fait preuve dans cette affaire, et ceci depuis l’arrestation de Karim Wade.
A en croire à Me Abdoulaye Tine, « depuis le début de cette affaire, nous n’avons eu de cesse d’assister de la part de l’Etat à des interprétations casuistiques voire circonstanciées de la légalité internationale c’est-à-dire variant selon les acteurs et les circonstances du moment. »
A son avis, les Sénégalais ne peuvent pas accepter ainsi un tel procédé de remise en cause des engagements internationaux du Sénégal. Il estime donc qu’ « on ne doit pas rester impassible face à une telle évolution régressive de l’Etat de droit dans notre pays. Notre devoir est de le dénoncer. »



La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →

Le député Moustapha Cissé Lô recommande une commission d’enquête parlementaire « pour (...)

Lire l'article →

La Tunisie, candidate à l’organisation du prochain sommet de la Francophonie en 2018, (...)

Lire l'article →

Les éleveurs du Sénégal avaient pris l’engagement de payer la caution de Macky Sall pour (...)

Lire l'article →

Le débat sur le franc Cfa et la nécessité de création d’une monnaie sous régionale propre, (...)

Lire l'article →

En Côte d’Ivoire, quinze jours après sa suspension le procès de Simone Gbagbo va (...)

Lire l'article →

Un conseil interministériel sur le démarrage de la campagne de commercialisation de (...)

Lire l'article →

C’est l’un des thèmes clés du sommet de la Francophonie qui s’est tenu à Madagascar : « (...)

Lire l'article →