logo
 

POLITIQUE
Diagne Fada crache ses vérités

05/12/2016

Les rennes de la présidence du groupe parlementaire des libéraux et démocrates confiés à Modou Diagne Fada, le Pds s’est rué au brancard en menaçant d’engager des poursuites contre celui-ci pour «  » Faux et usage de faux. Seulement, Fada ne semble pas être disposé à se laisser faire. Dans un entretien accordé à L’Observateur, il dit les attendre de pied ferme.

« Nous sommes dans un État démocratique et dans le cadre d’une institution, si des citoyens ont des soucis à se faire, ils ont la latitude de saisir la justice. De ce point de vue là, je n’ai pas de réactions particulières à faire. Je rappelle seulement que je n’ai fait que ce que j’avais fait en 2013 et 2014. C’est-à-dire écrire au président de l’Assemblée nationale pour reconfirmer ou infirmer le bureau qui a été élu par le groupe parlementaire. Maintenant, si leurs noms sont sur la liste, c’est parce qu’ils y figurent depuis 2012 et leurs signatures aussi depuis cette date. L’année dernière, personne parmi eux, n’a parlé de falsification ou de faux et usage de faux. Si cette année, ils le font, ils sont simplement dans la politique. Et pour moi, c’est une affaire de l’institution parlementaire », a-t-il confié.

Selon lui, dans leurs démarches, ses camarades du Pds « auraient dû, s’ils décidaient de ne plus être membres du groupe, écrire des lettres de démission comme Me Ousmane Ngom l’a fait pour se désaffilier. Ils n’ont pas écrit de lettre de démission, par conséquent, ils restaient toujours membres du groupement parlementaire existant. C’est aussi simple que ça. Cependant, ils comptent m’attaquer devant les tribunaux, mais ils doivent savoir que je n’ai pas de problèmes de justice. Et ce n’est pas cela le débat. Mais, nous les attendons, car nous n’avons pas violé la loi. Nous sommes des légalistes. Encore une fois, ces gens là (Oumar Sarr et Cie), sont jusqu’à preuve du contraire, membres du groupe parlementaire des libéraux et démocrates ».

Mieux, insiste-t-il, « tant qu’ils ne démissionneront pas, ils sont considérés comme membre du groupe. Et ceci, depuis 2012. Ils soutiennent qu’ils ne m’ont pas mandaté, mais je n’ai pas parlé en leur nom ni au nom du Pds. Parce que le groupe parlementaire que je dois déposer au bureau du président de l’Assemblée nationale n’est pas formellement un groupe parlementaire du Pds, mais c’est un groupe parlementaire de l’Assemblée nationale. Et ils oublient que le député est élu sous la bannière d’un parti politique ou d’une coalition de partis politiques, mais dès qu’il franchit les portes de l’Assemblée nationale, il devient député du peuple. Par conséquent, je n’ai pas besoin de recevoir de mandat pour chercher à constituer un groupe parlementaire. Le groupe parlementaire n’est pas une affaire officiellement ou formellement du parti, c’est une affaire de député ».

seneweb



La Fédération nationale des cadres libéraux, après avoir réaffirmé hier sa confiance en (...)

Lire l'article →

Le prix au producteur du kilogramme d’arachide va connaître une hausse de 10 F CFA, en (...)

Lire l'article →

Avant de passer devant le juge, le 1er décembre prochain, pour répondre de l’accusation (...)

Lire l'article →

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, estime que la police et la gendarmerie (...)

Lire l'article →

Un conseiller municipal impliqué dans une affaire de braquage ? Aussi surprenant que (...)

Lire l'article →

Le député Moustapha Cissé Lô recommande une commission d’enquête parlementaire « pour (...)

Lire l'article →

La Tunisie, candidate à l’organisation du prochain sommet de la Francophonie en 2018, (...)

Lire l'article →

Les éleveurs du Sénégal avaient pris l’engagement de payer la caution de Macky Sall pour (...)

Lire l'article →

Le débat sur le franc Cfa et la nécessité de création d’une monnaie sous régionale propre, (...)

Lire l'article →

En Côte d’Ivoire, quinze jours après sa suspension le procès de Simone Gbagbo va (...)

Lire l'article →

Un conseil interministériel sur le démarrage de la campagne de commercialisation de (...)

Lire l'article →

C’est l’un des thèmes clés du sommet de la Francophonie qui s’est tenu à Madagascar : « (...)

Lire l'article →