logo
 

Bientôt un traitement pour redémarrer les ovaires après la ménopause ?

28/05/2017

Un traitement à base de facteurs de croissance permettrait de relancer les règles et la production d’ovules viables après la ménopause.

Avoir un enfant passé 40 ans , c’est de plus en plus fréquent. Une nouvelle étude présentée à la réunion annuelle de l’ European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE) repousse encore les limites de la conception tardive . Des chercheurs du centre pour la reproduction humaine de l’hôpital Genesis d’Athènes, en Grèce, expliquent avoir trouvé une méthode pour relancer les règles et restaurer la production par les ovaires d’ovules viables après la ménopause .

Le cycle menstruel et la production d’ovules restaurés en moins de trois mois

Le traitement utilisé est appelé PRP pour "platelet-rich plasma" (plasma riche en plaquettes). Sa particularité : il contient de nombreux facteurs de croissance aux propriétés régénératives. C’est pourquoi il est actuellement utilisé pour réparer des tissus endommagés par exemple par une blessure. Les chercheurs grecs ont réalisé une étude sur huit femmes en péri-ménopause, âgées en moyenne de 45 ans et n’ayant pas eu de règles depuis en moyenne 4,8 mois. Ils ont relevé leurs niveaux d’hormones ovariennes et la présence de follicules ovariens (partie de l’ovaire dans laquelle se développe l’ovule) avant, pendant et après le traitement PRP. Ce dernier a été administré au moyen d’une sonde vaginale. Résultat : le cycle menstruel a été restauré chez ces huit femmes dans les trois mois qui ont suivi le traitement et la présence d’ovules viables et fertiles a été constatée dans tous les cas. Le traitement PRP pourrait donc permettre aux femmes récemment ménopausées de concevoir. "Nous pouvons supposer que l’injection de PRP a probablement enrichi le tissu ovarien dysfonctionnel de la ménopause avec les facteurs essentiels à la vascularisation, conduisant à une régénération des tissus", se félicitent les auteurs dans l’étude qu’ils ont présentée à la réunion de l’ESHRE.

Les grossesses tardives ne sont pas sans risque pour la santé

Les scientifiques précisent cependant que de plus amples travaux sur un plus large panel et à un stade de la ménopause plus avancé sont nécessaires pour valider le traitement PRP. Mais si les résultats sont confirmés, cette technique pourrait contrer le déclin de fertilité chez les femmes ménopausées, leur permettant de tomber enceinte plutôt que d’avoir recours aux fécondations in vitro ( FIV ) ou à la congélation des ovocytes avant la ménopause. Cette possibilité pose évidemment de sérieuses questions éthiques, notamment en ce qui concerne l’ âge "limite" pour être mère . En effet, les grossesses tardives nécessitent un suivi médical particulier car les risques de fausse couche , d’ hypertension artérielle , de phlébite , d’embolie pulmonaire et de diabète gestationnel sont nettement plus élevés après 40 ans.



Cinq saisons sans Liga, à l’échelle du grand Real, c’est une éternité, une anomalie, une (...)

Lire l'article →

Le ratio est faible : moins de 14%. À un peu plus de 2 mois des élections législatives, (...)

Lire l'article →

C’est la grosse affaire en ce moment à la rue 13X8 de la Médina. Un homme présenté comme (...)

Lire l'article →

Le président américain Donald Trump s’est déclaré dimanche porteur d’un message "d’amitié, (...)

Lire l'article →

Le panafricaniste de renom, Kemi Seba, président de l’Urgences panafricanistes, présent (...)

Lire l'article →

L’analyse des 50 cas de décès maternels enregistrés à l’Hôpital régional de Kaffrine en (...)

Lire l'article →

Le Sommet islamo-arabo-américain se tient présentement à Riyad, la capitale du royaume (...)

Lire l'article →

Chassez le naturel et il revient au galop ! A Diourbel, les camarades de parti du (...)

Lire l'article →

Seydou Guèye, porte-parole du gouvernement et de l’Alliance pour la République (Apr), (...)

Lire l'article →

Le sommet arabo-islamique et américain s’ouvre ce dimanche à Riyad, capitale de l’Arabie (...)

Lire l'article →