logo
 

Fusillade dans un hôtel de Bamako
Au moins trois otages tués

25/09/2017

Des tirs d’armes automatiques ont été entendus de l’extérieur de cet hôtel de 190 chambres dans la capitale malienne.

Une fusillade est en cours ce vendredi matin à l’hôtel Radisson de Bamako, au centre de la capitale. Cent-quarante clients et trente employés, dont des Français, étaient retenus par deux assaillants, qui ont tué au moins trois personnes. Cet établissement est essentiellement fréquenté par des étrangers qui viennent travailler au Mali, notamment de nombreux militaires européens, des représentants d’organisations internationales et du personnel d’Air France. Les forces de l’ordre ont établi un périmètre de sécurité autour de l’hôtel, qui compte 190 chambres.

Des tirs d’armes automatiques ont été entendus de l’extérieur. « Ça se passe au septième étage, des jihadistes sont en train de tirer dans le couloir », a déclaré une source de sécurité à l’AFP. C’est à cet étage que sont situées les chambres du personnel naviguant d’Air France, selon nos infomations. Un témoin devant l’hôtel joint par Libération explique avoir vu dix assaillants rentrer dans le Radisson à bord d’une voiture munie d’une plaque diplomatique en criant « Allahou Akbar » avant de tirer à l’arme automatique. Des otages ont été libérés par les ravisseurs, notamment des personnes capables de réciter des versets du Coran.

Le 7 mars, un attentat contre un bar-restaurant à Bamako avait coûté la vie à 5 personnes, dont un Français et un Belge. Il s’agissait de la première attaque de ce type perpétrée dans la capitale du Mali.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaeda après la déroute de l’armée face à la rébellion, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée. Ils y ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le centre, puis à partir de juin dans le sud du pays.

LIBERATION avec AFP



Nommé mercredi dernier à la tête de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc), Aliou (...)

Lire l'article →

Selon un rapport confidentiel de l’Agence mondiale antidopage (AMA) révélé mercredi par (...)

Lire l'article →

Il l’avait dit, il l’a fait. Un candidat au bac, qui avait menacé de se donner la mort (...)

Lire l'article →

La procédure en référés initiée par l’État pour demander que la fondation Maarif soit (...)

Lire l'article →

La ministre Khoudia Mbaye serait-elle en sursis ? Devrait-elle quitter la Ld pour (...)

Lire l'article →

Une mort bien trop cruelle pour Salif Thiaw. Marié et père dune fillette, l’agent de (...)

Lire l'article →

Que les populations de Niafrom, dans le département de Bignona, se rassurent ! (...)

Lire l'article →

En campagne pour sa réélection, Karamba Diaby, premier député noir d’Allemagne élu dans (...)

Lire l'article →

L’affaire du Lamantin Beach est au menu de la Cour d’appel de Saint-Louis ce mardi. (...)

Lire l'article →

Alors que la présidentielle doit se dérouler en octobre 2018, le nom du natif du (...)

Lire l'article →

La Grande mosquée de Léona de Kaolack est fermée au public depuis vendredi. Les prières (...)

Lire l'article →

En lui offrant un rein, Nawel a permis à son mari Boubaker d’en finir avec 16 ans de (...)

Lire l'article →