logo
 

Ahmad Ahmad (CAF), soupçons et discrétion

24/06/2017

Il est censé incarner le renouveau du football africain. Après 29 ans de règne sans partage du Camerounais Issa Hayatou, souvent cité dans plusieurs affaires de corruption mais jamais reconnu coupable, Ahmad Ahmad est devenu ce jeudi le nouveau président de la puissante Confédération africaine (CAF). Élu à une belle majorité (34 voix contre 20), le Malgache (57 ans) avais promis du « changement » au sein de l’instance, durant sa campagne. Pourtant, il n’a pas dû attendre de voir son nom sortir des urnes pour être associé à une sombre histoire.
Un pot-de-vin pour le Qatar 2022 ?
En 2014, le Sunday Times affirmait en effet que l’ancien secrétaire d’État aux Sports, puis ministre de la Pêche et aujourd’hui vice-président du Sénat dans son pays avait perçu un pot-de-vin dans l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Selon le quotidien britannique, le dirigeant aurait touché entre 30 000 et 100 000 dollars (entre 28 000 et 93 000 euros) en échange de son vote en faveur du petit émirat. Ce qui n’a jamais été prouvé. Mais le doute subsite.
« Un homme qui s’exprime peu »
Homme discret, Ahmad a gagné son duel avec Hayatou en s’appuyant notamment sur les voix des 14 pays membres de la Confédération des pays d’Afrique australe (COFASA). « C’est un homme qui s’exprime peu durant les réunions du Comité exécutif de la CAF », selon une source proche, qui s’est confiée à l’AFP. Ce qui ne l’a pas empêché de s’activer en coulisses, pour convaincre les derniers sceptiques à son sujet de le soutenir.
La CAF retire la CAN U17 à Madagascar
Issu de la minorité musulmane d’un petit village du nord-ouest de Madagascar, il a été nommé à la tête de sa fédération en 2003. Sans jamais vraiment prendre de décision forte. En janvier, son pays s’est même vu retirer l’organisation de la CAN des moins de 17 ans par la CAF, ce qu’il a très mal pris, y voyant une manoeuvre politique dirigée contre lui. À partir de ce moment-là, il s’est décidé à tout mettre en oeuvre pour mettre fin à ce diktat du pouvoir en place. Intégration, transparence et reconnaissance (des anciens) sont ses maîtres-mots.



Le président de la République, Macky Sall a promis, lundi, de prendre en charge les 3 (...)

Lire l'article →

Le président fondateur de l’Institut de recherche en santé, de surveillance (...)

Lire l'article →

Les députés ont adopté, lundi à l’unanimité le projet de loi modifiant les articles 75 et (...)

Lire l'article →

Le premier procès des « biens mal acquis » s’ouvre ce lundi 19 juin à Paris. Absent, le (...)

Lire l'article →

Le groupe djihadiste Nusrat Al-Islman a revendiqué l’attaque de dimanche dernier au (...)

Lire l'article →

Avec 47 listes, le scrutin des législatives du 30 juillet risque d’être un véritable (...)

Lire l'article →

Depuis plus de cent jours, les grilles de Rebeuss confinent Khalifa Sall au confort (...)

Lire l'article →

La cité religieuse de Touba est sous haute tension ce dimanche. Des échauffourées ont (...)

Lire l'article →

Le Port autonome de Dakar a réalisé de bonnes performances, lors de l’exercice 2016. Un (...)

Lire l'article →

Les responsables et militants socialistes des coordinations de Sor nord, du Faubourg (...)

Lire l'article →

Un drame s’est produit aux environs de 14 heures, ce dimanche, sur le tracé de (...)

Lire l'article →

L’attaque jihadiste contre un lieu de villégiature dimanche près de Bamako a fait deux (...)

Lire l'article →