logo
 

7 fumeurs sur 10 ont déjà essayé d’arrêter la cigarette (sans succès)

24/06/2017

En France, 69 % des fumeurs ont déjà essayé de dire « adieu » à la cigarette. Une démarche délicate, surtout lorsqu’elle n’est pas soutenue par un professionnel de santé.
Tous les fumeurs vous le diront : arrêter la cigarette, c’est (beaucoup) plus facile à dire qu’à faire... Menée auprès de 1103 fumeurs réguliers en France, une nouvelle enquête Ifop/Pfizer jette un éclairage nouveau sur le comportement de ceux-ci face à l’arrêt du tabac.
On y apprend d’abord qu’en France, 7 fumeurs sur 10 (69 %) ont déjà essayé de dire « adieu » à la cigarette - 42 % d’entre eux ont même tenté le coup plusieurs fois. Problème : dans le cadre de leur démarche anti-tabac, 11 % des fumeurs seulement ont choisi de se faire accompagner par un professionnel de santé (37 % d’entre eux par un tabacologue, 36 % par un médecin généraliste) ; 52 % (1 fumeur sur 2) ont préféré essayer en solo ; 37 % se sont tournés vers des thérapies alternatives, telles que l’hypnose ou la sophrologie. 24 % des fumeurs réguliers soutiennent que la volonté seule suffit pour arrêter de fumer.
« Ces résultats révèlent à quel point le sevrage tabagique est une démarche compliquée, loin d’être considérée comme légère ou insouciante par la plupart des fumeurs » analyse Fabienne Gomant, directrice adjointe de l’Ifop.
STRESS, PRESSION SOCIALE ET... PRISE DE POIDS
Les raisons de l’échec ? Le stress, pour 37 % des Français fumeurs, qui confient avoir repris la cigarette à la faveur d’une période difficile. Mais d’autres raisons, plus insidieuses, émergent aussi : ainsi, 12 % des personnes interrogées se sont remises à fumer parce qu’on leur avait proposé une cigarette, 10 % parce qu’ils vivaient au quotidien avec une personne fumeuse et 9 %... à cause de la prise de poids qui survient en parallèle du sevrage tabagique.
« Les principales difficultés rencontrées par les fumeurs qui entreprennent un sevrage tabagique sont à la fois physiques - par exemple effet de manque, prise de poids - et sociales qui se manifestent par des difficultés à sortir, à se confronter à des situations de convivialité ou à être en présence d’autres fumeurs », indique le Dr Anne-Laurence Le Faou, responsable du centre ambulatoire d’addictologie de l’hôpital Européen Georges Pompidou, à Paris.
Pour rappel, en France, le tabac reste la première cause de mortalité évitable avec 78 000 décès par an, dont 47 000 par cancer. Et si on arrêtait ?



Le président fondateur de l’Institut de recherche en santé, de surveillance (...)

Lire l'article →

Les députés ont adopté, lundi à l’unanimité le projet de loi modifiant les articles 75 et (...)

Lire l'article →

Le premier procès des « biens mal acquis » s’ouvre ce lundi 19 juin à Paris. Absent, le (...)

Lire l'article →

Le groupe djihadiste Nusrat Al-Islman a revendiqué l’attaque de dimanche dernier au (...)

Lire l'article →

Avec 47 listes, le scrutin des législatives du 30 juillet risque d’être un véritable (...)

Lire l'article →

Depuis plus de cent jours, les grilles de Rebeuss confinent Khalifa Sall au confort (...)

Lire l'article →

La cité religieuse de Touba est sous haute tension ce dimanche. Des échauffourées ont (...)

Lire l'article →

Le Port autonome de Dakar a réalisé de bonnes performances, lors de l’exercice 2016. Un (...)

Lire l'article →

Les responsables et militants socialistes des coordinations de Sor nord, du Faubourg (...)

Lire l'article →

Un drame s’est produit aux environs de 14 heures, ce dimanche, sur le tracé de (...)

Lire l'article →

L’attaque jihadiste contre un lieu de villégiature dimanche près de Bamako a fait deux (...)

Lire l'article →

Vitrine démocratique en Afrique par sa stabilité politique et sociale depuis (...)

Lire l'article →